Immobilier : où acheter un studio pas cher ?

Le 23.11.2016 par Les Echos

logo les échos

envoyer un email envoyer un email

Avec des prix en baisse sur les six derniers mois, les petites surfaces attirent les particuliers. Versailles, Ajaccio, Le Havre et même Paris offrent de belles opportunités, selon Trouver-un-logement-neuf.com.

C'est le bon plan investissement pour la fin de l'année. Plusieurs villes de l'Hexagone ont enregistré des prix à la baisse sur les petites surfaces, studio et deux-pièces, selon un baromètre « spécial investisseurs », publié récemment par le site Trouver-un-logement-neuf.com. Dans l'ensemble, le recul des prix, calculé sur les six derniers mois, s'établit dans une fourchette de 1 % à... 24,5 % !

Les prix parlent d'eux-mêmes. Dans certaines villes, la valeur des petites surfaces a pratiquement baissé d'un quart, notamment en raison de programmes immobiliers qui ont soutenu l'offre. C'est sur l'île de Beauté, à Ajaccio, que la baisse (-23,5 %) est la plus importante. Les studios valent en moyenne 98.500 euros. Dans le nord, au Havre, les prix ont chuté de 19 % depuis mai, à 85.000 euros en moyenne pour un studio.

Dans les grandes villes, Nice et Paris en tête, les prix des studios sont également en nette baisse. Dans la ville de la Promenade des Anglais, la valeur d'un studio a reculé de 10 % en six mois, à 123.500 euros en moyenne. Dans la capitale française, le prix des studios dans le neuf est passé à 262.000 euros en moyenne (-8 % en six mois) . Les plus fortes baisses sont observées dans le 15ème arrondissement : - 16,5 % à 288.500 euros.

La tendance à la baisse est la même pour les T2, surtout dans les villes où plusieurs programmes immobiliers ont été menés. A Versailles (Yvelines), à l'ouest de Paris, le prix du deux-pièces a reculé de 24,5 % depuis le mois de mai, à 344.500 euros en moyenne. A Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis), les prix ont reculé de 13,5 % à 158.000 euros en moyenne, suivie au niveau national par Bischheim (Bas-Rhin), ville où la valeur des T2 a reculé de 11,5 %, à 116.500 euros en moyenne.

Concernant les grandes villes, c'est à Lyon et Marseille que les opportunités sont les plus intéressantes. Dans les deuxième et huitième arrondissements de Lyon, les prix ont reculé de 7,5 % en six mois, tandis que dans la cité phocéenne, les deuxième et dixième arrondissements enregistrent des baisses allant jusqu'à 15 % de la valeur du bien.

envoyer un email envoyer un email

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×