Brexitation !

Le 30.06.2016
envoyer un email envoyer un email

Les résultats totalement inattendus du référendum britannique ont entraîné une forte baisse des actions européennes.

Durant deux jours, vendredi 24 juin et lundi 27, les marchés européens ont baissé de plus de 11% en moyenne. Il n’y a pas eu réellement de mouvement de panique, malgré des volumes importants. Sur les dernières séances, les indices d’actions européennes ont même sensiblement rebondi renforçant le sentiment d’ajustement dans le calme des portefeuilles par les investisseurs. La résistance des marchés obligataires et notamment des obligations gouvernementales des pays périphériques de la zone euro traduit aussi la confiance dans la capacité des Banques centrales à intervenir pour compenser toute dislocation financière. Cet élément est majeur dans l’appréciation du risque de baisse et de contagion sur les marchés. L’action des banques centrales a une fois de plus fait la démonstration de sa capacité à fournir autant de liquidité que nécessaire sur les marchés.

Les incertitudes liées au Brexit devraient cependant s’inscrire dans la durée et nous pensons que les bouleversements seront essentiellement d’ordre politique : vide politique au Royaume-Uni, négociations longues avec l’Union européenne, aspirations à l’indépendance de l’Ecosse et de l’Irlande du Nord, risques de contagion de l’euroscepticisme. Pour autant, les conséquences négatives sur les économies européennes et surtout britannique ne sont pas à négliger compte tenu du choc de confiance pour les entreprises et les ménages anglais. Il apparait très probable que la croissance britannique soit revue en baisse sensible et que la croissance mondiale ralentisse un peu plus.

Notre scénario économique central d’un redressement très progressif de l’activité économique dans la zone euro, d’une croissance durablement contrainte, d’une inflation faible et de taux d’intérêt durablement bas se trouve donc renforcé. L’extension prochaine du programme d’achat d’actifs de la Banque centrale européenne semble en effet désormais acquise et la probabilité d’une hausse des taux d’intérêt de la part de la Réserve fédérale américaine en 2016 est fortement remise en cause. Par conséquent, les taux d’intérêt des emprunts d’Etat de la zone euro atteignent des plus-bas historiques : le rendement à 10 ans de l’OAT française est désormais inférieur à 0,25% et le rendement à 10 ans du Bund allemand est négatif proche de -0,15%.

Notre allocation d’actif est par conséquent confirmée. Dans un environnement de taux durablement bas, les investisseurs devront nécessairement considérer une allocation en actions pour compenser la baisse inéluctable des rendements. Le retour de la volatilité sur les marchés offre à nos yeux des opportunités.

Les épargnants doivent se préparer à traverser de nouvelles zones de turbulences, essentiellement politiques, qui apporteront leur lot d’opportunités en particulier au profit des investisseurs de long terme. Nous pensons en particulier au référendum italien du mois d’octobre sur la révision de la constitution et aux élections américaines de fin d’année.

Ces derniers mois, nous avons adopté et recommandé un positionnement prudent compte tenu des échéances électorales et du ralentissement de la croissance mondiale. Nous pensons que les ajustements récents sur les marchés actions offrent des points d’entrée intéressants. Les écarts de rendements entre les actions et les obligations se sont encore creusés et rendent de ce point de vue la classe d’actifs « actions » historiquement  attractive.

Dans cette logique, une diversification de son épargne sur un support d’actions privilégiant la génération de revenus comme DWS Top Dividende peut être conseillée : le rendement moyen des dividendes des actions dans le fonds est en effet proche de 3,5%. Preuve de la capacité de résistance exceptionnelle du fonds, celui-ci affiche une performance positive de 2% depuis le début de l’année !

Par ailleurs, après une baisse de plus de 10%, les actions européennes, faiblement valorisées par rapport aux actions américaines, offrent des opportunités. L’équipe de gestion du fonds Médi Actions a fait ses preuves sur sa capacité à dégager de la surperformance par rapport à son indice de référence.

Enfin, la volatilité, qui devrait rester élevée dans les mois à venir, devrait être mise à profit par les gérants de notre gamme de fonds patrimoniaux qui ont la capacité de faire varier tactiquement les expositions de leurs portefeuilles aux risques en fonction des opportunités. Carmignac Patrimoine, exposé au dollar et au yen, aux actions des sociétés aurifères et aux compagnies pétrolières parvient à amortir la baisse malgré une exposition aux actions de 34% à la veille du choc. Le fonds démontre qu’une gestion globale des risques peut permettre d’encaisser un choc hexogène tant que celui-ci ne devient pas systémique ou ne conduit pas à une récession.

Nous ne négligeons pas l’impact du vote des électeurs britanniques et ses conséquences négatives pour le Royaume-Uni, nous intégrons le retour de la volatilité sur les marchés, mais nous restons confiants dans la capacité des banques centrales à maîtriser les conséquences des événements politiques et nous estimons toujours que la baisse durable des taux d’intérêt dans un contexte de faible croissance doit conduire à envisager une diversification en actions dans une optique de long terme.

Accéder à mon espace personnel

envoyer un email envoyer un email

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 29.06.2016

Les Anglais quittent la fan zone

Semaine du 18 au 24 juin 2016. Trompés par les sondages, les marchés financiers ont cru jusqu’au bout à la victoire du "Bremain". L’annonce du résultat du référendum et les incertitudes...

Le 24.06.2016

BREXIT : On ne va pas reboucher le tunnel !

Le vote des électeurs britanniques, favorable à la sortie du Royaume-Uni, met fin à plus de quarante ans d’appartenance à l’Union européenne. A ce stade, les inconnues économiques,...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×