Le marché manque d'énergie

Le 06.04.2016
envoyer un email envoyer un email

Semaine du 26 mars au 1er avril 2016. Cette semaine, les marchés financiers sont restés prudents face au renforcement de l’euro et au retournement du prix du pétrole, et malgré la stratégie accommodante de la Fed et de bons chiffres économiques aux Etats-Unis et en Chine.

Marchés financiers

La première partie de la semaine a bénéficié d’un discours de Janet Yellen réaffirmant sa volonté de ne relever les taux que très graduellement. Même si l’économie américaine semble bien résister, la présidente de la Fed estime qu’il subsiste des risques pour la croissance mondiale, notamment du côté de la Chine et des prix du pétrole. Si ce positionnement est similaire à celui qui a clôturé le comité du 16 mars, il dément en revanche les commentaires plus volontaristes exprimés la semaine dernière par plusieurs membres du FOMC. La probabilité d’une hausse des taux de la réserve fédérale avant juin est redevenue très faible, ce qui a impacté la parité euro / dollar.

Par ailleurs, les statistiques publiées cette semaine aux Etats-Unis ont confirmé la bonne tenue de l’économie locale. Les chiffres mensuels de l’emploi restent bien orientés avec des créations de postes une nouvelle fois supérieures aux attentes en mars. Autre motif de satisfaction, la progression du salaire moyen sur un an a été plus forte que prévue. L’activité manufacturière a marqué un fort rebond en mars, accentuant la tendance observée depuis le début de l’année. L’indice revient ainsi en zone d’expansion. En revanche, les données portant sur la consommation ont plutôt déçu avec la révision en nette baisse des dépenses des ménages au mois de janvier. 

Bonne nouvelle pour l’économie chinoise, l’indice d’activité manufacturière a augmenté significativement en mars. En un mois, l’indicateur a effacé près de huit mois de repli pour revenir à son niveau de juillet 2015 et montre que le niveau d’activité est de nouveau en progression.

En zone euro, le taux d'inflation est ressorti en première estimation à -0,1% sur un an en mars, en légère amélioration par rapport à février (-0,2%). Sans surprise, les prix de l’énergie continuent à peser négativement sur l’indice général. Néanmoins, la variation des prix hors pétrole et alimentation a surpris positivement, avec une première estimation à +1,0% sur un an, en hausse par rapport à février (+0,8%). Ce rebond constitue une bonne nouvelle qui s'ajoute aux statistiques rassurantes de l'octroi de crédit aux entreprises (+0,9% en février contre +0,6% le mois précédent). Mais ce niveau d'inflation reste toujours nettement inférieur à la cible d'inflation fixée par la BCE.

Les prix du pétrole sont repartis en nette baisse avec l’amenuisement des espoirs d’un accord lors de la réunion prévue le 17 avril. En fin de semaine, l’Arabie Saoudite a ainsi déclaré qu’elle ne gèlerait sa production que si les autres grands producteurs, et notamment l’Iran, faisaient de même.  

Valeurs

Dans ce contexte, le CAC 40 clôture en légère baisse, de 0,17%, à 4 322,24 points. Depuis le début de l’année, l’indice parisien affiche une performance négative de 6,79%.

Après avoir cédé près de 10% la semaine dernière, ArcelorMittal regagne 13,39% grâce à plusieurs nouvelles favorables parmi lesquelles l’annonce des négociations entre Tata Steel et Thyssenkrupp et des chiffres chinois mieux orientés. Globalement, les valeurs cycliques profitent du discours accommodant de J.Yellen à l’image de LafargeHolcim qui s’adjuge 6,50% et de Saint Gobain qui grimpe de 4,22%. Du coté des valeurs en baisse, Airbus souffre de la hausse de l’euro face au dollar et de rumeurs de difficultés sur son modèle militaire A400M. L’avionneur cède 4,67%. Bouygues est pénalisé par l’échec de ses discussions avec les autres opérateurs français pour le rachat de Bouygues Telecom. Le titre recule de 4,38%. Pernod Ricard est affecté par les commentaires moins positifs de plusieurs analystes et se replie de 3,89%. 

Marché des changes

Sur le marché des changes, le billet vert est en baisse face à la monnaie unique et s’échange à 1,1391 dollar pour un euro. Sur le marché obligataire, le rendement de l’emprunt d’Etat français à 10 ans est en repli à 0,46%.

envoyer un email envoyer un email

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 30.03.2016

Le marché marche sur des œufs

Semaine du 19 au 25 mars 2016. Les marchés financiers reprennent leur souffle après avoir bien rebondi sur les dernières semaines. La conjoncture économique toujours fragile rend les...

Le 23.03.2016

Une pensée pour nos amis belges

Semaine du 12 au 18 mars 2016. Après avoir enchaîné quatre hausses hebdomadaires, les marchés financiers ont fait une pause lors d’une semaine marquée par la réunion de la Réserve fédérale...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×