Le marché se Trump t'il ?

Le 08.11.2016
envoyer un email envoyer un email

Semaine du 29 octobre au 4 novembre 2016. A l’approche des élections présidentielles américaines, les marchés financiers ont consolidé nettement, inquiets de la forte remontée de Donald Trump dans les sondages.

Marchés financiers

Alors que pour les investisseurs la victoire d’Hillary Clinton semblait acquise, la réouverture par le FBI de l’enquête sur l’utilisation par la candidate de sa boîte mail privée dans le cadre de ses fonctions de secrétaire d’Etat a semé le trouble. Dans les jours qui ont suivi, les intentions de vote favorables à D. Trump ont augmenté suffisamment pour faire douter les marchés financiers. Or les analystes estiment qu’une victoire du candidat républicain ferait peser plus de risques sur la stabilité économique et financière des Etats-Unis, d’une part en raison de promesses jugées extrêmes mais aussi à cause du manque de visibilité notamment sur son programme économique. Les investisseurs ont donc opté pour la prudence la semaine dernière, délaissant les actifs risqués tels que les actions. Il faut également noter que les américains n’éliront pas seulement leur président le 8 novembre. Ils renouvelleront aussi un certain nombre de sièges à la Chambre des représentants et au Sénat. De leur vote dépendra donc la couleur du Congrès et le pouvoir effectif dont disposera le nouveau locataire de la Maison Blanche.

Aux Etats-Unis, le compte rendu de la dernière réunion de la Fed a été publié. Il confirme que les taux directeurs américains devraient être relevés en décembre en cas de victoire d’H.Clinton. Dans le cas contraire, la probabilité d’une hausse des taux est plus faible… Selon les dernières données, le marché de l’emploi continue de bien se porter avec un rythme soutenu de créations de postes et des salaires en légère hausse. Le chômage s’est élevé à 4,9% de la population active en octobre.

En Angleterre, la BoE a laissé inchangée sa politique monétaire au vu de la bonne résistance de l’économie. Elle a même relevé ses prévisions de croissance à 2,2% en 2016 et 1,4% en 2017, et d’inflation avec 2,8% en 2017 compte tenu de la dépréciation de la livre sterling. D’autre part, la Haute cour de justice de Londres a jugé que le Parlement devait approuver l’activation de l’article 50 du Traité de Lisbonne qui enclenche la procédure de sortie de l’Union Européenne. Cela pourrait avoir deux conséquences : d’une part amener le gouvernement à adoucir sa position pour s’assurer l’adhésion des parlementaires dont certains sont pro européens, et, d’autre part, repousser la date d’activation au-delà de mars 2017.

En zone euro, la première estimation du PIB pour le troisième trimestre est sortie conforme aux attentes. Il a progressé de 0,3%, une croissance similaire à celle du trimestre précédent. Le taux de chômage est en baisse de 0,1% en septembre à 10% de la population active.
Dix mois après les élections, l’Espagne a enfin un gouvernement. L’abstention des parlementaires socialistes lors du vote de confiance a permis au premier ministre sortant, M. Rajoy, de former un gouvernement. La tâche ne s’annonce pas aisée pour autant puisqu’il devra composer avec un congrès où sa coalition n’est pas majoritaire.

Valeurs

Dans ce contexte, le CAC 40 rechute de 3,76% à 4 377,46 points. Depuis le début de l’année, l’indice est en repli de 5,60%.
Sanofi est la seule valeur à finir dans le vert, grignotant 0,18% grâce à des résultats trimestriels supérieurs aux attentes et à des objectifs 2016 revus à la hausse. L’Oréal limite son recul à 0,54% après une bonne publication de résultats, de même que Société Générale qui cède 1,45%. En bas du palmarès hebdomadaire, Veolia chute de plus de 11% malgré des résultats en hausse, les investisseurs sanctionnant le manque de croissance du chiffre d’affaires. Nokia poursuit son repli, perdant près de 7% sur la semaine et plus de 40% depuis le début de l’année.

Marché des changes

Sur le marché des changes, l’élection présidentielle américaine pèse sur le billet vert. Le dollar termine la semaine à 1,1141 dollar pour un euro. Sur le marché obligataire, le rendement de l’emprunt d’Etat français à 10 ans est stable à 0,46%. 

Décryptage de l'actualité financière

envoyer un email envoyer un email

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 03.11.2016

Une semaine pas bas taux

Semaine du 22 au 28 octobre 2016. Les marchés financiers finissent la semaine quasiment inchangés malgré une actualité chargée, tant du côté macroéconomique que de celui des entreprises...

Le 25.10.2016

Super Mario reprend les manettes

Semaine du 15 au 21 octobre 2016. Cette semaine, les marchés financiers ont nettement progressé, pour la première fois depuis un mois. Le président de la BCE a réussi à rassurer les...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×