Les Anglais hors jeu ?

Le 15.06.2016
envoyer un email envoyer un email

Semaine du 04 au 10 juin 2016.Les marchés financiers européens ont enchaîné une deuxième semaine de consolidation sur fond de fortes incertitudes quant au résultat du référendum sur le Brexit. Les interrogations sur la prochaine hausse des taux directeurs américains et l’abaissement des prévisions de croissance mondiale par la Banque Mondiale ont également pesé.

Marchés financiers

Les sondages se multiplient à deux semaines du vote sur le maintien du Royaume-Uni dans l’Union Européenne. S’ils annoncent toujours un résultat très serré, ils indiquent désormais que le camp en faveur de la sortie pourrait l’emporter. Cette éventualité a renforcé la volatilité des marchés et la montée de l’aversion au risque. En conséquence, outre la baisse des marchés actions et la dépréciation de la livre sterling, les taux des obligations souveraines des pays « cœurs » ont de nouveau reculé. En France, le taux à 10 ans a fini la semaine à 0,39%, proche de son plus bas historique d’avril 2015. Celui de l’Allemagne était à 0,02% vendredi soir et devrait tomber en territoire négatif dans les prochains jours. Les obligations d’entreprises ont également vu leurs rendements baisser alors que la BCE a débuté son programme de rachat sur cette classe d’actifs.

Du coté des statistiques, le PIB de la zone euro a finalement progressé de 0,6% au premier trimestre, après 0,4% au dernier trimestre 2015. La croissance a notamment été soutenue par l’investissement privé et la consommation des ménages. Sur un an, la hausse du PIB atteint 1,7%.

Aux Etats-Unis, Janet Yellen a adopté une attitude prudente lors de sa dernière allocution. Plusieurs membres de la Fed se sont également exprimés contre une remontée des taux quelques jours seulement avant le vote anglais. La prochaine hausse des taux directeurs attendra donc probablement quelques semaines supplémentaires. Dans le même temps, les marchés actions américains continuent d’évoluer à des niveaux proches de leurs plus hauts historiques.

Après l’OCDE et le FMI, la Banque Mondiale a, à son tour, abaissé ses anticipations de croissance. Dans son rapport semestriel, elle prévoit désormais 2,4% de progression du PIB pour 2016, en baisse de 0,5% et à un rythme identique à celui de 2015. En 2017, l’institution s’attend à une petite accélération à 2,8%, soit -0,3% par rapport à ses prévisions de janvier. La baisse des cours des matières premières est la principale raison de cette moindre croissance avec un impact fort pour les pays émergents dont l’économie globale ne devrait progresser que de 3,5%. L’Inde (+7,6%) et la Chine (+6,7%) se démarquent par leurs chiffres très supérieurs à la moyenne. Du coté des économies avancées, la Banque Mondiale note que l’activité est « anémique ». Les Etats-Unis voient leur croissance attendue abaissée de 0,8% pour atteindre 1,9%, avec l’impact non négligeable de l’appréciation du dollar. En zone euro, les anticipations sont de 1,6% pour 2016 et 2017 soit à peine moins qu’en janvier. 

Valeurs

Dans ce contexte, le CAC 40 clôture la semaine en baisse de 2,60% à 4 306,72 points. Depuis le début de l’année, l’indice parisien est en repli de -7,12%.

Engie prend la tête du palmarès hebdomadaire avec un gain de 4,52%. Les valeurs liées aux matières premières réalisent également de bonnes performances grâce à la hausse des cours en début de semaine. Technip s’adjuge 3,15%, ArcelorMittal prend 3,12% supplémentaires et Total limite son repli à 0,58%. Du coté des valeurs en baisses, les financières souffrent des incertitudes liées au Brexit. Société Générale chute de 8,24%, Axa se replie de 6,64%, Crédit Agricole recule de 5,23% et BNP Paribas cède 4,37%. Vivendi est pénalisé par l’avis négatif de l’Autorité de la concurrence sur le projet entre Canal+ et beIN Sports. Le titre perd 7,83%. 

Marché des changes

Sur le marché des changes, le billet vert est en hausse face à la monnaie unique. Il termine la semaine à 1,1251 dollar pour un euro. Sur le marché obligataire, le rendement de l’emprunt français à 10 ans est en baisse à 0,39%.

envoyer un email envoyer un email

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 08.06.2016

Le CAC patauge

Semaine du 28 mai au 03 juin 2016. Cette semaine, la prudence est revenue sur les marchés financiers alors que plusieurs échéances importantes se rapprochent : réunion de la Fed, référendum...

Le 01.06.2016

Les marchés ne font pas grève

Semaine du 21 au 27 mai 2016. Cette semaine, les marchés européens ont retrouvé un peu de vigueur grâce à une conjonction d’éléments favorables : reprise continue du prix du pétrole,...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×