Les Anglais quittent la fan zone

Publié le 29.06.2016
Epargne & Retraite - Actualité financière
envoyer un email envoyer un email

Semaine du 18 au 24 juin 2016. Trompés par les sondages, les marchés financiers ont cru jusqu’au bout à la victoire du "Bremain". L’annonce du résultat du référendum et les incertitudes quant à ses conséquences ont fait lourdement décrocher les places boursières vendredi.

Marchés financiers

A la surprise générale, y compris celle des anglais eux-mêmes, le Royaume-Uni a donc choisi de quitter l’Union européenne. Les marchés actions ont très mal réagi, le CAC 40 et l’indice européen Eurostoxx50 chutant de plus de 8%. Le Footsie, l’indice londonien, a reculé de 3,15%, protégé par la baisse de la livre sterling. Aux Etats-Unis, les indices ont perdu entre 3% et 4%. Enfin en Asie, si le Japon a cédé plus de 7%, les autres places ont mieux réagi avec des replis de 2% ou 3%. Sur les taux, les obligations souveraines ont bénéficié de l’aversion au risque tandis que les obligations d’entreprises ont bien résisté dans un contexte de rachat massif par la BCE. Sur le marché des devises, la livre sterling a chuté de près de 9% face au dollar, au plus bas depuis 30 ans, et l’euro dans une moindre mesure. Le yen japonais a également servi de valeur refuge tandis que l’intervention de la Banque Nationale Suisse a limité l’appréciation du franc suisse. Du coté des matières premières, l’or a fini en hausse et le pétrole en baisse.

Au-delà du choc initial, le Brexit soulève avant tout beaucoup d’interrogations. Il paraît difficile pour le gouvernement anglais de passer outre l’avis de ses concitoyens, quand bien même le vote n’était que consultatif. La séparation devrait donc avoir lieu. Mais ce sont les futures négociations entre les deux parties qui détermineront l’ampleur du divorce et l’impact à long terme de cette décision. Les réactions des banques centrales devraient également jouer un rôle important. En attendant, l’incertitude risque de peser fortement sur une économie toujours convalescente depuis la crise financière. Les analystes estiment que la croissance de la Grande-Bretagne sera la plus pénalisée, et dans une moindre mesure celle de l’ensemble de la zone.

Politiquement parlant, le Royaume-Uni sort destabilisé du référendum, avec un nouveau gouvernement à trouver et une unité à restaurer alors que le pays s’est montré profondément divisé sur la question de l’appartenance à l’Union européenne. Cette dernière va devoir s’interroger sur son futur et la meilleure façon de sauvegarder son alliance.  

Valeurs

Dans ce contexte, le CAC 40 clôture la semaine en baisse de 2,08% à 4 106,73 points. Depuis le début de l’année, l’indice parisien est en repli de -11,44%.

Les valeurs défensives ont profité du mouvement avec Essilor qui gagne 4,21%, Pernod Ricard qui s’adjuge 3,92% et Sodexo qui complète le trio de tête avec 2,91% de hausse. A l’inverse, les valeurs bancaires et cycliques ont été lourdement pénalisées. Société Générale chute de plus de 12%, suivie de Peugeot qui perd plus de 11%. Dans leur sillage, BNP Paribas se replie de 9,3% et ArcelorMittal de 8,3% tandis qu’Axa et Renault cèdent plus de 7%.

Marché des changes

Sur le marché des changes, le billet vert termine la semaine à 1,1117 dollar pour un euro. Sur le marché obligataire, le rendement de l’emprunt d’Etat français à 10 ans touche un plus bas historique à 0,39%.

envoyer un email envoyer un email

Découvrez les articles sur le même sujet

BREXIT : On ne va pas reboucher le tunnel !

Le vote des électeurs britanniques, favorable à la sortie du Royaume-Uni, met fin à plus de quarante ans d’appartenance à l’Union européenne. A ce stade, les inconnues économiques, politiques et financières sont nombreuses et les marchés financiers ont ouvert en très forte baisse ce matin.

En savoir plus

Euro : to be or not to be

Semaine du 11 au 17 juin 2016. Les marchés financiers européens ont à nouveau souffert cette semaine alors que l’incertitude perdure quant au résultat du référendum sur le Brexit.

En savoir plus

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×