Les banques centrales au cœur de la mêlée

Le 06.11.2015
envoyer un email envoyer un email

Semaine du 24 au 30 octobre.
Les marchés financiers ont terminé en léger repli une semaine marquée par une actualité chargée. Les investisseurs ont été attentifs aux commentaires de la Fed, de la BCE et aux données macroéconomiques pour tenter d’affiner leurs anticipations dans un contexte incertain. Les publications des entreprises sur leurs résultats du troisième trimestre ont également été nombreuses de part et d’autre de l’Atlantique.

Marchés financiers

L’avant dernière réunion de la Fed pour cette année a donné lieu à un changement de discours. Il semble que la réserve fédérale ne considère plus le ralentissement mondial comme un facteur de risque pour l’économie américaine. Cela signifie que, si aucune donnée n’indique un fléchissement durable de la croissance d’ici la fin de l’année, le mouvement de remontée des taux pourrait démarrer en décembre.
Selon les premières estimations, le PIB américain a progressé de 1,5% au troisième trimestre, soit légèrement en dessous des attentes qui étaient situées à +1,6%. La demande intérieure reste robuste, avec des dépenses de consommation en hausse de 3,2% sur la période.

En zone euro, l’inflation est ressortie nulle en octobre après un recul de 0,1% le mois précédent. En Allemagne, le très attendu indicateur du climat des affaires a décéléré moins que prévu en octobre. Ces données sont encourageantes après celles de la semaine passée qui étaient déjà sorties supérieurs aux attentes, laissant penser que la reprise se poursuit en Europe malgré le ralentissement de la Chine et des pays émergents.
Au Portugal, un mois après des élections législatives qui n’ont désigné aucune majorité, la situation reste incertaine. Le premier ministre sortant tente actuellement de former un gouvernement à la demande du président de la République mais il risque d’avoir du mal à obtenir l’aval du parlement.

Valeurs

Dans ce contexte, le CAC 40 clôture la semaine en repli de 0,53% 4 897,66 points. Depuis le début de l’année, l’indice affiche une progression de 14,63%.

Les investisseurs ont manifestement apprécié les résultats d’Alcatel dont les marges se sont améliorées au troisième trimestre. L’équipementier en télécommunications s’est également montré confiant quant à son rapprochement avec Nokia et le titre s’envole de 9,18%. Airbus, qui a confirmé être en bonne voie pour atteindre ses objectifs annuels, gagne 5,30%. Renault bénéficie d’un chiffre d’affaires supérieur aux attentes et de perspectives plus optimistes pour s’adjuger 3,64%. Du coté des valeurs en baisse, ArcelorMittal souffre du nouveau recul du prix du minerai de fer et cède 7,09%. EDF recule de 4,83% après que l’introduction en bourse de sa filiale belge Luminus a été abandonnée au profit d’une modification de la convention d’actionnaires. L’Oréal perd 4,35% après avoir publié des chiffres de croissance jugés décevants.

Marché des changes

Sur le marché des changes, le billet vert termine la semaine inchangé face à l’euro, se négociant à 1,1006 dollar pour un euro. Sur le marché obligataire, le rendement de l’emprunt d’État français à 10 ans est stable à 0,86%.

envoyer un email envoyer un email

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 28.10.2015

Les marchés transforment l'essai

Semaine du 17 au 23 octobre. Cette semaine, les marchés financiers se sont offert un nouveau rebond sur des anticipations d’assouplissement monétaire de la part de la BCE.

Le 21.10.2015

Les marchés en manque de soutien

Semaine du 10 au 16 octobre. Après le vif rebond de la semaine dernière, les marchés financiers ont marqué une pause, toujours dans l’incertitude quant à la santé de l’économie chinoise...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×