Les marchés dans le vert

Publié le 20.07.2016
Epargne & Retraite - Actualité financière
envoyer un email envoyer un email

Semaine du 9 au 15 juillet 2016. Les marchés financiers ont rebondi cette semaine, les bons chiffres américains et chinois apaisant les craintes de ralentissement économique mondial. Le mouvement a été interrompu vendredi après les événements tragiques de la veille.

Marchés financiers

Les dernières statistiques publiées aux Etats-Unis ont visiblement rassuré les investisseurs qui anticipent une augmentation de la croissance américaine au deuxième trimestre. Les indicateurs montrent une hausse de l’activité et le dernier rapport sur l’emploi a fait ressortir de solides créations de postes en juin. Enfin, l’accélération de l’augmentation des salaires et le rebond du pétrole font espérer un retour de l’inflation. La prochaine réunion de la Fed le 27 juillet pourrait donc être l’occasion de préparer les marchés à une hausse des taux directeurs pour septembre ou décembre. Les indices boursiers battent des records outre Atlantique, le S&P 500 et le Dow Jones ayant cassé leur plus haut historique.

En Chine, la semaine a été riche en publications encourageantes. La croissance semble se stabiliser comme le montre la progression de 6,7% du PIB au deuxième trimestre, à un rythme identique à celui du début d’année. La production industrielle est sortie supérieure aux attentes, en hausse de 6,2% en juin. Enfin, du côté de la consommation, l’augmentation des ventes au détail a nettement accéléré sur la période, mettant fin à quatre mois consécutifs de moindre croissance.

Le Royaume-Uni s’est finalement trouvé un premier ministre plus rapidement que prévu. Après la défection de sa seule rivale, Theresa May a été nommée dès mercredi. Cette nouvelle a soulagé les investisseurs, laissant espérer un éclaircissement rapide de la position de Londres vis-à-vis du Brexit. La Banque d’Angleterre a également surpris les marchés en laissant sa politique monétaire inchangée. L’institution a décidé de prendre le temps d’analyser la situation avant d’annoncer une éventuelle baisse de taux ou une amplification de son programme d’assouplissement quantitatif. Sa prochaine réunion se tiendra en août.

En Italie, les négociations semblent enfin avancer concernant la recapitalisation  du secteur bancaire. Le pays pourrait bénéficier d’un passe-droit par rapport à la législation européenne et recapitaliser directement ses banques par le biais de l’Etat, sans passer par un "bail-in". Cette nouvelle norme en vigueur depuis le 1er janvier impose normalement de faire supporter en premier lieu aux créanciers (actionnaires, obligataires, voire épargnants) les difficultés d’un établissement bancaire. En Italie, où les particuliers détiennent des montants importants de dette bancaire, cette solution poserait un véritable problème social. Or la situation politique est déjà tendue à l’approche du référendum sur la réforme constitutionnelle prévue d’ici la fin de l’année.

Dans le reste de l’Europe, les ministres des finances de l’Union européenne ont approuvé la procédure entamée par la Commission européenne vis-à-vis de l’Espagne et du Portugal. Les deux pays qui n’ont pas respecté leurs objectifs de déficit public encourent des sanctions qui peuvent prendre la forme d’amendes (jusqu’à 0,2% du PIB national) et de suspensions d’aide européenne. La nature des sanctions sera fixée par la Commission et entérinée par les pays membres.

Valeurs

Dans ce contexte, le CAC 40 clôture la semaine en hausse de 4,34% à 4 372,51 points. Depuis le début de l’année, l’indice parisien est en repli de -5,71%.

Toutes les valeurs terminent dans le vert. ArcelorMittal s’envole de plus de 14% après l’annonce de discussions entre l’indien Tata Steel et l’allemand Thyssenkrupp, signe qu’une consolidation du marché européen pourrait avoir lieu. D’autre part, les Etats-Unis et l’Union européenne semblent vouloir imposer de nouvelles sanctions à la Chine accusée de dumping dans le commerce de matières premières. Les valeurs bancaires se reprennent à l’image de Société Générale qui gagne 8,37% et BNP Paribas qui progresse de 7,45%. Les constructeurs automobiles profitent du dynamisme du marché européen en juin. Peugeot prend 7,85% et Renault s’adjuge 6,93%. Les valeurs défensives sont celles qui progressent le moins comme Pernod Ricard qui ne progresse que de 0,65% et L’Oréal dont la hausse se limite à 0,93%.

Marché des changes

Sur le marché des changes, le billet vert termine la semaine en légère hausse à 1,1035 dollar pour un euro. Sur le marché obligataire, le rendement de l’emprunt d’Etat français à 10 ans s’est nettement tendu et finit à 0,23%. 

envoyer un email envoyer un email

Découvrez les articles sur le même sujet

Les investisseurs perdent leur flegme

Semaine du 2 au 8 juillet 2016. Le rebond n’aura pas duré sur les marchés financiers. La prudence a repris le dessus cette semaine sur fond d’incertitudes liées au Brexit et d’inquiétudes quant à la solidité du secteur bancaire italien.

En savoir plus

L’île mystérieuse

Semaine du 25 juin au 1er juillet 2016. Surpris dans un premier temps par le résultat du vote britannique, les marchés financiers n’ont pas tardé à se reprendre, marquant un net rebond cette semaine.

En savoir plus

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×