Les marchés débridés

Le 27.09.2016
envoyer un email envoyer un email

Semaine du 17 au 23 septembre 2016. Cette semaine, les marchés financiers sont repartis à la hausse, rassurés par la volonté réitérée des banques centrales américaine et japonaise de soutenir la croissance. Le rebond du prix du pétrole a également été un facteur de hausse.

Marchés financiers

Les investisseurs y voient enfin un peu plus clair dans les intentions de la Fed ! Comme attendu, la politique monétaire américaine a été maintenue à l’identique pour les six semaines à venir. Pour la suite, la réserve fédérale a opté pour la prudence en révisant encore son rythme de remontée des taux directeurs. Désormais, l’institution n’envisage plus qu’une seule hausse pour cette année et seulement deux l’année prochaine. Mais ces données ne sont qu’indicatives, et les analystes sont très partagés sur la probabilité d’une augmentation des taux en décembre. En effet, le résultat des élections présidentielles américaines de novembre pourrait avoir un impact important sur les marchés, notamment en cas de victoire de Donald Trump, et donc influer sur la politique monétaire. De même, si les prochaines statistiques économiques restent mal orientées, la Fed pourrait renoncer à augmenter ses taux en 2016.

Au Japon, la banque centrale a créé la surprise en modifiant ses objectifs. En plus de viser une inflation supérieure à 2%, l’institution s’attachera à maintenir les taux longs proches de zéro. L’idée est de conserver une différence de rémunération suffisamment importante entre les taux courts (jusqu’à 2 ans) et les taux longs (à partir de 10 ans) pour préserver la profitabilité des banques et la stabilité du système financier. L’activité de base des établissements de crédit consiste en effet à emprunter à court terme pour prêter à long terme. L’environnement actuel de taux bas a donc fortement impacté le modèle économique bancaire, au point que la banque centrale japonaise a décidé de s’en préoccuper. Ce qu’il faut retenir, c’est que la politique monétaire accommodante va se poursuivre plusieurs années au Japon car l’objectif d’inflation est loin d’être atteint. D’autre part, le "QE" nippon n’aura plus pour objet de racheter un montant fixe d’actifs mais plutôt des actifs ciblés pour agir sur les taux longs.

Ces interventions ont éclipsé les quelques statistiques publiées cette semaine. En zone euro, l’Insee a annoncé que l’économie française s’était finalement contractée de -0,1% au deuxième trimestre après la progression de 0,7% enregistrée en début d’année. La dernière estimation faisait état d’une croissance nulle sur la période. Pour le troisième trimestre, l’institut anticipe une hausse de 0,3% du PIB français. En septembre, l’activité a amplifié son rebond dans l’Hexagone selon les premiers indicateurs. En revanche, la croissance de l’activité a ralenti en zone euro en raison d’une moins bonne performance du secteur des services en Allemagne.   

Valeurs

Dans ce contexte, le CAC 40 clôture la semaine en hausse de 3,61% à 4 488,69 points et affiche un repli de 3,20% depuis le début de l’année.

Ce sont les valeurs cycliques et financières qui ont le plus profité de la prudence des banques centrales. Ainsi, ArcelorMittal s’envole de 11,86%, LafargeHolcim bondit de 7,82% et Schneider Electric s’adjuge 5,83%. Axa gagne 6,46% et BNP Paribas progresse de 5,19%. Carrefour tire son épingle du jeu en affichant une hausse de 5,94%. A l’inverse, les valeurs défensives ont été moins performantes cette semaine à l’image de Sanofi qui perd 0,81%, d’Air Liquide qui grignote 0,15% et de Veolia qui prend 1,70%. 

Marché des changes

Sur le marché des changes, le billet vert est retombé à 1,1226 dollar pour un euro. Sur le marché obligataire, le rendement de l’emprunt de l’Etat français à 10 ans est en nette baisse à 0,21%.

Décryptage de l'actualité financière

envoyer un email envoyer un email

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 21.09.2016

Yellen et les garçons

Semaine du 10 au 16 septembre 2016. En l’absence de véritable amélioration de l’environnement économique mondial, ce sont les décisions des banques centrales qui dictent la tendance...

Le 13.09.2016

Mario moins Super ?

Semaine du 3 au 9 septembre 2016. Cette semaine, les marchés actions ont été dominés par le rebond du pétrole qui se rapproche de la barre des 50 dollars pour le Brent, et par l’attentisme...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×