Les marchés en marche

Le 14.04.2016
envoyer un email envoyer un email

Semaine du 02 au 08 avril 2016. Les marchés actions sont restés hésitants cette semaine, oscillant entre les minutes de la Fed qui confirment la tendance accommodante du dernier FOMC, des craintes toujours présentes de ralentissement économique et des publications macroéconomiques satisfaisantes en zone euro et aux Etats-Unis.

Marchés financiers

Les minutes de la Fed ont laissé apparaître un comité plus divisé qu’auparavant. Globalement, les membres soulignent les limites de la politique monétaire face à la montée des risques globaux. Plusieurs membres ont laissé entendre qu’une hausse des taux dès avril enverrait un signal d’urgence négatif. La difficulté de la Fed à assumer pleinement le resserrement de sa politique monétaire contribue à maintenir un dollar neutre et des taux bas.

Par ailleurs, les dernières enquêtes confirment la vigueur du marché de l’emploi américain qui constitue une importante force protectrice. Autre motif de satisfaction, l’indicateur d’activité avancé ISM non manufacturier a rebondi davantage qu’attendu en mars (54,5 contre un consensus à 54,2, et après 53,4 en février). Cette amélioration est un signal encourageant, d’autant plus qu’elle fait suite à la progression de l’ISM manufacturier, qui accentue la tendance observée depuis le début de l’année.

En zone euro, les marchés actions sont restés orientés à la baisse. Le secteur bancaire a particulièrement souffert, affecté par les problèmes de recapitalisation des banques italiennes dans un environnement réglementaire de plus en plus contraignant.

Les statistiques publiées cette semaine montrent que l’économie est soutenue par la consommation des ménages et les exportations allemandes. Les ventes au détail s’améliorent avec une nouvelle hausse de 0,2% sur le mois de février, après 0,3% en janvier. La croissance des exportations allemandes a surpris à la hausse (+1,3% contre 0,5% attendu) avec une contribution importante des pays hors zone euro.

Mauvaise nouvelle pour le Japon, qui a publié la semaine dernière son enquête sur les perspectives économiques (enquête Tankan). Les résultats sortent inférieurs aux attentes, effaçant ainsi tous les progrès accomplis depuis la mise en place de la politique monétaire de Shinzo Abe, premier ministre japonais.

Dans un contexte de forte appréciation du Yen – la parité yen/dollar a gagné près de 15% entre juin 2015 et aujourd’hui, la Banque du Japon et les autorités devraient intervenir pour contrer le ralentissement de l’activité et annoncer notamment un plan de relance économique composé de réformes structurelles.

Une semaine avant la réunion à Doha entre l’OPEP et les autres producteurs, prévue le 17 avril, les perspectives d’un gel de production deviennent de plus en plus faibles. L’attitude de l’Arabie Saoudite montre qu’il est difficile de trouver un accord, même si beaucoup de pays producteurs veulent une hausse des cours.

Les données récentes montrent une hausse de la demande aux Etats-Unis, malgré la baisse de la production américaine. Ces deux facteurs ont entrainé une baisse significative des stocks hebdomadaires amenant un rebond des prix du pétrole sur la semaine (11,28% pour le Brent et 11,26% pour le WTI). 

Valeurs

Dans ce contexte, le CAC 40 clôture en légère baisse de 0,97% à 4 303,12 points. Depuis le début de l’année, l’indice parisien affiche une performance négative de 6,25%.

Le titre Nokia gagne 3,62% sur la semaine après l’annonce du lancement d’un programme de réduction d’effectifs à la suite de l’acquisition d’AlcatelLucent. Les valeurs pétrolières finissent également en hausse, à l’image de Technip et Total qui progressent respectivement de 3,28% et 2,13%.

Du côté des valeurs en baisse, le secteur automobile sous performe. Le nouveau plan stratégique « Push to pass » dévoilé par Peugeot a déçu le marché. Le titre recule de 8,79%. Les valeurs bancaires sont pénalisées par les mauvaises nouvelles provenant des banques italiennes. Dans ce contexte, la Société Générale, BNP Paribas et Crédit Agricole cèdent respectivement 4,91%, 4,39% et 3,48%.

Marché des changes

Sur le marché des changes, le billet vert baisse face à la monnaie unique et s’échange à 1,1399 dollar pour un euro. Sur le marché obligataire, le rendement de l’emprunt d’Etat français à 10 ans est en repli à 0,43%.

envoyer un email envoyer un email

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 30.03.2016

Le marché marche sur des œufs

Semaine du 19 au 25 mars 2016. Les marchés financiers reprennent leur souffle après avoir bien rebondi sur les dernières semaines. La conjoncture économique toujours fragile rend les...

Le 06.04.2016

Le marché manque d'énergie

Semaine du 26 mars au 1er avril 2016. Cette semaine, les marchés financiers sont restés prudents face au renforcement de l’euro et au retournement du prix du pétrole, et malgré la stratégie...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×