Make market great again !

Le 23.11.2016
envoyer un email envoyer un email

Semaine du 12 au 18 novembre 2016. Outre Atlantique, le mouvement initié suite à l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis s’est prolongé cette semaine grâce au soutien de la Fed et à de bons chiffres macroéconomiques. En Europe, la tendance a été à la stabilisation.

Marchés financiers

Conformément aux dernières anticipations, Janet Yellen s’est positionnée en faveur d’un resserrement monétaire assez rapide. La prochaine réunion de la Fed les 13 et 14 décembre devrait donc probablement se conclure par une remontée des taux directeurs de l’ordre de 0,25%.
Du coté des statistiques, rien ne s’oppose à ce tour de vis monétaire. En effet, les données publiées cette semaine ont montré que l’économie américaine poursuivait son amélioration. Les inscriptions hebdomadaires au chômage restent sur une tendance baissière, signe que le marché de l’emploi continue de se redresser. L’immobilier est toujours bien orienté, avec des permis de construire et des mises en chantier en progression. Sur le front de la consommation, les ventes au détail qui avaient reculé en juillet sont depuis en hausse continue.
Dans ce contexte, les taux obligataires américains sont restés orientés à la hausse, de même que le dollar qui gagne du terrain contre quasiment toutes les devises.

Dans la zone euro, selon les minutes de la dernière réunion, la BCE s’apprête au contraire à assouplir davantage sa politique monétaire. Les investisseurs s’attendent notamment à un allongement du programme de rachat d’actifs prévu pour se terminer en mars 2017. En effet, la croissance et l’inflation peinent à décoller durablement sur le vieux continent. La progression de 0,3% du PIB au troisième trimestre a été confirmée, soit un rythme similaire à celui du deuxième trimestre. Dans le détail, la croissance a été de 0,2% en Allemagne et en France, de 0,3% en Italie et de 0,7% en Espagne. L’inflation a légèrement progressé en octobre à 0,5% contre 0,4% en septembre, mais toujours loin de l’objectif de 2% de la BCE.
La tenue du référendum constitutionnel italien le 4 décembre pourrait également provoquer des tensions dans les semaines à venir. D’ores et déjà, les taux d’emprunt des pays périphériques de la zone euro affichent une progression plus importante que les pays "cœur" tels que l’Allemagne et la France.

Valeurs

Dans ce contexte, le CAC 40 termine la semaine en timide hausse de 0,34% à 4 504,35 points. Depuis le début de l’année, l’indice parisien affiche un recul de 2,86%.
A l’intérieur de l’indice, les variations sont importantes. Les valeurs exportatrices profitent de la hausse du dollar contre l’euro à l’image de Cap Gemini qui gagne 5,74%. Bouygues grimpe de 5,10% grâce à des résultats trimestriels supérieurs aux attentes et à des perspectives encourageantes. Le secteur automobile fait partie des bénéficiaires de l’évolution du taux de change avec Valeo qui progresse de 5,23% et Michelin qui s’adjuge 4,30%. En bas du palmarès, Vivendi chute de 5,99%, pénalisé par les rumeurs de rachat de Havas. Engie poursuit son recul et perd 3,97%, de même que Veolia qui cède 3,53%.

Marché des changes

Sur le marché des changes, le billet vert termine la semaine à 1,0588 pour un euro, au plus haut depuis décembre 2015. L’appréciation du dollar face à la monnaie unique est soutenue par la dichotomie entre l’évolution des politiques monétaires américaine et européenne. Sur le marché obligataire, le rendement de l’emprunt d’Etat français à 10 ans est stable à 0,76%. 

Décryptage de l'actualité financière

envoyer un email envoyer un email

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 15.11.2016

Donald casse la barack

Semaine du 5 au 11 novembre 2016. C’est bien évidemment le résultat de l’élection présidentielle américaine qui a fait réagir les marchés financiers cette semaine, avec un impact finalement...

Le 08.11.2016

Le marché se Trump t'il ?

Semaine du 29 octobre au 4 novembre 2016. A l’approche des élections présidentielles américaines, les marchés financiers ont consolidé nettement, inquiets de la forte remontée de Donald...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×