Theresa se lance dans le hard

Le 11.10.2016
envoyer un email envoyer un email

Semaine du 1er au 7 octobre 2016. Malgré une actualité très chargée, les marchés financiers finissent la semaine inchangés.

Marchés financiers

En Europe, le premier ministre britannique a annoncé que l’activation de l’article 50 du Traité de Lisbonne, soit le lancement de la procédure de sortie de l’Union Européenne, se fera au plus tard en mars 2017. Theresa May a laissé entendre que le Royaume-Uni récupérerait l’ensemble de ses prérogatives, ce que beaucoup ont interprété comme le choix d’un "hard" Brexit, à savoir une sortie totale de l’Union, y compris du marché unique. Cependant, cette posture est à relativiser dans la mesure où les négociations n’ont pas encore commencé et que le gouvernement britannique peut difficilement ignorer l’impact économique d’une telle décision notamment sur le secteur bancaire du pays. Néanmoins, le compte à rebours semble enclenché et le sujet du Brexit pourrait à nouveau perturber les politiques et les marchés financiers européens. La livre sterling a déjà fait les frais de cette annonce, perdant près de 4% contre l’euro et 4,4% contre le dollar sur la semaine. En revanche, l’économie britannique reste pour l’instant robuste. Ainsi, après avoir chuté en juillet juste après le référendum, l’activité a rebondi en août et a confirmé sa bonne tenue en septembre.

Dans la zone euro, les statistiques sont mitigées mais encourageantes compte tenu de la conjoncture difficile. Elles témoignent en effet d’une poursuite de la reprise. La croissance de l’activité a ralenti en septembre mais reste en territoire nettement positif. Les ventes au détail font mieux qu’attendu en août, avec un repli limité à 0,1% après une progression de 0,3% en juillet.

Aux Etats-Unis, les publications de la semaine ont eu tendance à renforcer les anticipations de hausse des taux de la Fed en décembre. Le rapport sur l’emploi au mois de septembre a été quasiment conforme aux attentes. Les créations de postes ont été un peu moins bonnes qu’espéré mais les chiffres du mois précédent ont été revus à la hausse. Le chômage a augmenté de façon marginale à 5% contre 4,9% en août. Enfin, les indicateurs montrent un rebond de l’activité manufacturière et une forte accélération dans les services en septembre.

Le prix du pétrole continue de bien se tenir. Le baril de brut a terminé la semaine autour de 52 dollars, en hausse de près de 6%.

Valeurs

Dans ce contexte, le CAC 40 clôture la semaine inchangé à 4 449,91 points et affiche un repli de 4,04% depuis le début de l’année.

Le secteur bancaire a fortement rebondi, profitant à la fois d’un apaisement autour de Deutsche Bank et d’anticipations de taux longs plus élevés. BNP Paribas grimpe de 7,73%, Société Générale regagne 6,79% et Axa s’adjuge 6,44%. Technip (+5,82%) réalise une bonne performance dans le sillage de la hausse du pétrole. A l’inverse, les valeurs immobilières qui seraient pénalisées par une remontée des taux longs ont souffert. Unibail- Rodamco chute de 8,58% et Klepierre cède 6,26%.

Marché des changes

Sur le marché des changes, le billet vert s’apprécie légèrement face à la monnaie unique à 1,1201 dollar pour un euro. Sur le marché obligataire, le rendement de l’emprunt d’Etat français à 10 ans est en hausse à 0,31%. 

Décryptage de l'actualité financière

envoyer un email envoyer un email

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 04.10.2016

Les marchés : à Vienne que pourra !

Semaine du 24 au 30 septembre 2016. Cette semaine, les déboires de Deutsche Bank ont entraîné beaucoup de nervosité sur les places boursières. Quelques bonnes nouvelles ont cependant...

Le 27.09.2016

Les marchés débridés

Semaine du 17 au 23 septembre 2016. Cette semaine, les marchés financiers sont repartis à la hausse, rassurés par la volonté réitérée des banques centrales américaine et japonaise de...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×