Yellen et les garçons

Publié le 21.09.2016
Epargne & Retraite - Actualité financière
envoyer un email envoyer un email

Semaine du 10 au 16 septembre 2016. En l’absence de véritable amélioration de l’environnement économique mondial, ce sont les décisions des banques centrales qui dictent la tendance sur les marchés financiers. L’inaction récente des banques centrales européenne et anglaise, et l’incertitude quant au calendrier de la Fed ont ainsi poussé les indices à la baisse cette semaine. La banque du Japon rendra quant à elle son verdict le 21 septembre.

Marchés financiers

Les investisseurs se sont montrés prudents cette semaine alors que la réserve fédérale américaine se réunira les 20 et 21 septembre. Ils attendent comme toujours des éclaircissements sur le rythme de remontée des taux directeurs. A ce stade, aucun mouvement n’est anticipé pour cette fois-ci, et les avis sont très partagés sur une hausse d’ici la fin de l’année.

Les derniers chiffres relatifs à l’économie américaine ont été une nouvelle fois décevants. Les ventes au détail se sont repliées en août, ce qui devrait avoir un impact sur le PIB du troisième trimestre. La production industrielle s’est également révélée inférieure aux attentes, en repli de 0,4% contre -0,2% anticipé.

En Angleterre, après les modifications apportées début août, la banque centrale a maintenu sa politique monétaire inchangée. Elle a toutefois laissé entendre qu’une nouvelle baisse des taux d’ici la fin de l’année était possible.

En Chine, les statistiques ont été mieux orientées en août. La production industrielle a dépassé les attentes, à 6,3% d’augmentation contre 6% en juillet. Les ventes au détail ont également progressé de 10,6% après le ralentissement constaté en juillet. Enfin, la croissance des investissements s’est maintenue à 8,1%.

La volatilité du prix du pétrole reste forte. Cette semaine, l’Agence Internationale de l’Energie a annoncé s’attendre à une croissance moins élevée de la demande d’or noir en 2016 et 2017. Cela devrait maintenir la pression baissière sur les prix du pétrole alors que la production atteint de son coté des niveaux record. Dans ce contexte, le baril de Brent est retombé vers les 46 dollars. 

Valeurs

Le CAC 40 clôture la semaine en baisse de 3,54% à 4 332,45 points, et affiche un repli de 6,57% depuis le début de l’année.

Air Liquide réalise la meilleure performance hebdomadaire avec un gain de 3,36%. Les modalités de l’augmentation de capital destinée à financer le rachat d’Airgas ont été accueillies favorablement par les investisseurs. Bouygues s’adjuge 0,38% sur de nouvelles rumeurs de consolidation du marché français des télécoms. Dernière valeur à finir dans le vert, Schneider Electric grignote 0,15%. En bas du palmarès hebdomadaire, ArcelorMittal chute de 8,90% dans le sillage du recul du prix des matières premières. De même, Total cède 7,41% avec la baisse du pétrole et Engie se replie de 6,95%. Le secteur financier a pâti des menaces d’amendes adressées par la justice américaine à Deutsche Bank. BNP Paribas perd 6,86%, Société Générale recule de 6,63% et Axa baisse de 6,33%. 

Marché des changes

Sur le marché des changes, le billet vert s’est apprécié face à la monnaie unique. Il termine la semaine à 1,1155 dollar pour un euro. Sur le marché obligataire, le rendement de l’emprunt de l’Etat français à 10 ans est stable à 0,31%.

Décryptage de l'actualité financière

envoyer un email envoyer un email

Découvrez les articles sur le même sujet

Mario moins Super ?

Semaine du 3 au 9 septembre 2016. Cette semaine, les marchés actions ont été dominés par le rebond du pétrole qui se rapproche de la barre des 50 dollars pour le Brent, et par l’attentisme de la BCE qui s’est abstenue de toute modification de sa politique monétaire.

En savoir plus

L’été indien

Semaine du 27 août au 2 septembre 2016. Cette semaine, la réaction des marchés suite au discours de Janet Yellen, lors de la réunion à Jackson Hole, a révélé un certain optimisme sur l’état actuel de l’économie américaine. En fin de semaine, la déception liée aux créations d’emplois américains a cependant entraîné un report des anticipations de hausse des taux US et donc par ricochet une nouvelle hausse des marchés actions.

En savoir plus

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×