Camille Reynier, dans les pas d’une jeune sage-femme

Le 28.11.2019
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Jeune sage-femme en Île-de-France, Camille Reynier nous explique son quotidien et sa passion pour un métier qui n’est « jamais le même d’une garde à l’autre ». Elle passe en revue ses études et ses premiers mois d’exercice comme titulaire puis nous raconte quelques bons moments.

Je m’appelle Camille et je suis une jeune sage-femme diplômée de juin 2019. Je me suis inscrite à la filière maïeutique, qui est la filière sage-femme. J’ai eu le concours et j’ai passé 4 années à l’école de sage-femme Baudelocque à Paris. Maintenant, je suis une jeune sage-femme diplômée de juin 2019 et je travaille à l’hôpital Saint-Joseph à Paris.

Le métier de sage-femme, c’est un métier très diversifié. C’est un métier qu’on peut exercer à l’hôpital, que ce soit dans le privé ou dans le public, en libéral, à domicile ou en cabinet, dans des centres comme les PMI (les centres de protection maternelle et infantile), en HAD (hospitalisation à domicile). On s’occupe des femmes pendant la grossesse, au moment de l’accouchement, après l’accouchement, on fait aussi le suivi gynécologique de la femme.

Les premiers mois comme sage-femme, c’est le moment où on se rend compte qu’on est vraiment autonome. On a nos propres patientes, on a nos responsabilités et il faut s’habituer au changement de statut. Par exemple, je me présente parfois encore en disant « Je suis Camille, étudiante sage-femme » au lieu de dire « Je suis Camille, la sage-femme ». C’est super, ce sont nos patientes, nos responsabilités.

Les bons moments, c’est par exemple quand une patiente prise en charge tout au long de son travail jusqu’à l’accouchement nous remercie. Elle est contente du moment qu’elle a passé parce qu’on l’a quand même accompagnée dans un moment fort de sa vie. La naissance d’un enfant, c’est un moment qui restera longtemps dans sa mémoire donc quand, à la fin, elle nous remercie et nous dit qu’elle est contente, qu’elle a passé un bon moment, qu’elle nous laisse même une photo, une carte pour nous dire qu’elle est contente de sa prise en charge, c’est top.

Ce qui est cool avec le métier de sage-femme, c’est que c’est vraiment un métier hyper diversifié. On s’occupe de la femme à plein de moments de la grossesse, de l’accouchement, des suites de couches. Par exemple, quand on est en salle de naissance, on sait que quand on aura deux gardes, ce sera deux gardes totalement différentes. Parce qu’on ne va pas avoir les même patientes, les patientes viennent avec leurs histoires et leurs histoires sont des histoires différentes.

Mon avenir, je ne sais pas encore ce que ce sera mais je me vois bien rester un bon nombre d’années à l’hôpital et faire des formations complémentaires pour, par exemple, pouvoir faire les échographies de la grossesse, des consultations d’acupuncture... En fait, il y a plein de choses à faire.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Les solutions MACSF
RCP-PJ Hospitaliers et Salariés

Indispensable pour vous défendre en cas de mise en cause par un patient, le contrat RCP-PJ facilite le règlement de vos litiges d'ordre privé ou professionnel.

Assurance RCP-PJ

Pour être protégé pendant vos études. Souscription offerte et attestation immédiate !

La communauté MACSF

Un forum avec plus de 500 000 professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×