Démarrer son activité avec une prévoyance

Le 19.10.2018
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Les professionnels de santé sont plus que quiconque confrontés aux maladies et accidents pouvant conduire à l’arrêt de travail. Même en arrêt, les charges continuent à tomber, et peuvent rapidement vous mettre en difficulté.

Des solutions de prévoyance existent pour assurer vos revenus et protéger votre famille.

Même si vous avez une couverture prévoyance prévue par votre caisse de retraite et/ou votre statut, elle n’est souvent pas à la hauteur de vos besoins, quelle que soit l’activité que vous exercez :

  • Vous êtes libéral : pendant les 3 premiers mois d’arrêt de travail, aucune prestation n’est versée par la caisse de retraite, alors que vos frais continuent à courir (URSSAF, retraite, conseil de l’ordre, emprunts, etc.).
  • Vous êtes interne : la prévoyance offerte par votre statut d’agent de la fonction publique n’intègre pas les primes, ni les gardes ou les astreintes. Au-delà de 90 jours d’arrêt, elle ne couvre que 50 % des émoluments.
  • Vous êtes hospitalier : les prestations de votre couverture statutaire décroissent tout au long de l’arrêt de travail.

Une prévoyance complémentaire est donc indispensable pour maintenir votre niveau de vie, mais aussi pour laisser un capital à votre conjoint, ou une rente éducation à vos enfants, en cas de décès.

Il est important de se poser ces questions jeune afin d’exercer votre métier en toute sérénité, en ayant la certitude d’être bien protégé en cas de coup dur.

Les solutions MACSF

La MACSF vous accompagne avec des solutions adaptées à votre profession, statut, situation de famille :

  • Vous exercez en libéral ? Optez pour des garanties sur-mesure et évolutives, qui s’adapteront à votre activité et à votre situation familiale. Avec la Loi Madelin, vous pourrez déduire les cotisations versées de votre revenu imposable, dans la limite d’un certain plafond.

> En savoir plus sur le plan de prévoyance MACSF Libéraux

  • Vous êtes interne ou praticien en hôpital ? Des contrats spécifiques et évolutifs répondent aussi à vos besoins.

> En savoir plus sur le plan de prévoyance MACSF Internes

> En savoir plus sur le plan de prévoyance MACSF Praticiens hospitaliers

Des exemples concrets. Les voici !

Un contrat de prévoyance complémentaire s’avère utile dans de nombreuses situations :

  • Vous êtes infirmier et vous vous êtes cassé une jambe, vous ne pouvez plus assurer les visites à domicile de vos patients.
  • Vous êtes chirurgien et, suite à une tendinite de l’épaule, vous ne pouvez plus opérer.
  • Vous êtes kinésithérapeute, vous vivez une grossesse à risque et ne pouvez plus recevoir vos patients dans votre cabinet.
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Les solutions MACSF
Assurance prévoyance

Complétez les prestations insuffisantes de votre régime obligatoire ou statutaire en cas d'arrêt de travail, invalidité ou décès.

À lire aussi

Le 09.10.2018 par logo les échos

Deux à six jours pour un rendez-vous chez le généraliste, 52 pour un ophtalmo

Ces délais sont jugés corrects ou rapides pour huit demandes de rendez-vous sur dix, selon une étude de la Drees. En France, prendre rendez-vous avec un médecin généraliste s'avère...

Le 02.10.2018 par logo les échos

Chirurgiens-dentistes : lutte contre le tabac

Les études scientifiques le prouvent : les substituts nicotiniques sont efficaces pour arrêter de fumer. Et désormais, les chirurgiens-dentistes peuvent prescrire ces traitements antitabac...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×