Des applications mobiles pour les infirmières

Le 26.09.2017
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

L'App Store d’Apple et Google Play recensent aujourd'hui plus de 13 000 applications, gratuites ou payantes, consacrées au domaine médical. Simples gadgets ou réelle utilité pour les infirmières ?

Des applications pour toutes les situations

Pour réviser ses cours d’anatomie, des applications comme Anatomie Classique peuvent aider et en même temps divertir des élèves infirmiers comme des professionnels plus chevronnés. Mais aujourd’hui, les applis de nos smartphones se veulent aussi plus sérieuses et plus pratiques, jusqu’à se transformer en véritables outils de connaissances, voire en authentiques assistantes.

Dans le domaine du savoir, la référence numérique est la même qu’en version papier, il s’agit bien sûr du guide pharmacologique Vidal (application payante).

Sur un plan pratique, Fiches IDE, IDE Protocoles, Guide pratique de l’infirmière ou encore Protocoles MAPAR (toutes disponibles sur l’App Store et sur Google Play) constituent un bon nombre de « pense-bêtes » sur les soins infirmiers.

D’autres applications vont encore plus loin en ne se contentant pas d’informer, mais en faisant aussi office d’outils de calculs, de doses, de perfusions ou encore de score d’escarre. C’est le cas d’Aide Infirmier et de Perfusions, toutes deux gratuites et disponibles sous Android. Choisir un pansement, suivre l’évolution des plaies, évaluer la douleur et adapter la réponse, tout cela est également possible depuis un téléphone portable. Mais existe-t-il des applications plus fiables que d’autres ?

Choisir la bonne appli pour infirmières

D’une manière générale, les applis concernant la santé sont conçues par des professionnels du secteur, quand elles ne sont pas directement éditées par l’AP-HP (comme Livret Douleur, disponible sur App Store et Google Play) ou l’Assurance maladie (E-mémo plaies chroniques par exemple, disponible aussi sur les deux systèmes d’exploitation). Avant d’en télécharger une ou plusieurs sur votre smartphone, il est conseillé de s’informer sur l’éditeur et de prendre connaissance des avis publiés.

Au-delà des informations et des outils proposés, l’ergonomie et l’expérience utilisateur ont toute leur importance. Rien ne sert d’avoir une appli dédiée si vous mettez quinze minutes à trouver ce que vous recherchez ou si les bugs succèdent aux impossibilités de connexion !

Répondre à ses besoins

Avant tout, une application mobile doit pouvoir répondre parfaitement à vos besoins, quitte à débourser quelques euros. Les IADE n’auront pas le même logo sur l’écran de leur portable que les infirmiers urgentistes ou les soignants en pédiatrie. Mais s’il est une catégorie d’IDE qui trouve de nombreux intérêts aux applis mobiles, ce sont bien les infirmières libérales, en particulier pour s’organiser, et parce qu’elles sont souvent seules face à leurs interrogations et hésitations.

Enregistrer des ordonnances, assurer la traçabilité des prélèvements, suivre les états cliniques des patients ou tout simplement synchroniser les données d’une tournée de l’ordinateur au téléphone portable sont autant d’outils aujourd’hui disponibles grâce à des applications comme Albus (et Albus Réseau Distant), IDELab ou Vega Mobile. Et c’est bien là l’objectif essentiel de ces nouveaux outils et d’une manière plus générale des nouvelles technologies : simplifier la vie de professionnels exerçant un métier particulièrement exigeant.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Infirmières, vous méritez que l'on prenne soin de vous
Des solutions adaptées à vos besoins

La MACSF vous apporte des solutions concrètes pour vous accompagner dans votre vie professionnelle et votre vie privée

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 04.04.2017

Les infirmiers peuvent-ils continuer de tout tweeter ?

Le code de déontologie infirmier a été publié le 25 novembre 2016. Depuis sa parution, les infirmiers peuvent-ils continuer de tout tweeter ?

Le 04.04.2017

La profession d’infirmier a enfin son code de déontologie

Près de 70 ans après les médecins, les infirmiers ont enfin leur code de déontologie. Une publication qui « marque la reconnaissance de l’ensemble d’une profession de plus en plus autonome...

Le 19.11.2017

Infirmières : une affaire de famille

Le métier de soignant est souvent une affaire de famille. Il est fréquent de trouver plusieurs professionnels de santé au sein d'une même famille: une mère médecin, un fils kiné ou...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×