"Dis donc, t'as ton doc ?" : la campagne qui incite les praticiens à choisir un médecin traitant

Le 13.04.2017
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Dis donc t’as ton doc

« Dis donc t’as ton doc » est une campagne lancée par le Collège français des anesthésistes réanimateurs (CFAR) afin de "faire évoluer le modèle culturel des médecins en faveur de leur santé", à savoir, inciter les praticiens à choisir un médecin traitant.

En effet, en France seulement 20 % des médecins ont un médecin traitant personnel et 60 % des internes, alors que 80% des français ont déclaré un médecin traitant à la CPAM.

Ce chiffre très faible s’explique par le fait que les médecins pratiquent l’autodiagnostic et l’automédication et ils considèrent souvent être les mieux placés pour leur propre suivi alors même que le risque de suicide chez les médecins est 2.3 fois plus élevé que les autres professions, selon une étude réalisée par le docteur Yves Léopold, publiée en 2008 dans la revue le concours médical.

D’ailleurs, le burn out des soignants n’a jamais été aussi fort en France. C’est un épuisement professionnel, à la fois physique et mental, qui atteint surtout des personnes qui aident les autres. Cette situation est de plus en plus courante en France, puisqu’elle concerne en moyenne 1 médecin sur 2 au cours de sa carrière. Les médecins généralistes libéraux sont les plus touchés par l’épuisement professionnel : en 2010 selon une enquête menée par le groupe Pasteur Mutualité, sur 3 700 médecins interrogés, 86% se sentent menacés par le burn out. Les médecins urgentistes, les infirmiers les psychiatres ou encore les anesthésistes réanimateurs sont également parmi les professionnels de santé les plus exposés au burn out.

Pourquoi les soignants sont-ils plus exposés au burn out ?

  • Un rythme de travail très soutenu, notamment pour les médecins généralistes dont le nombre de consultation à la journée peut être très élevé,
  • Une charge émotionnelle très forte notamment lorsque les soignants sont confrontés à des situations éprouvantes (décès d’un patient…),
  • La désertification médicale qui oblige les praticiens à assurer une permanence des soins, 
  • Une charge de travail administratif importante (gestion du cabinet médical et de l’activité libérale par exemple) qui représente aujourd’hui 30 % de temps de travail supplémentaire (soir et week end), notamment pour les médecins généralistes ce qui engendre des journées de travail particulièrement longues,
  • La dégradation de la relation avec les patients comme en témoigne le nombre croissant d’agressions dont ils sont victimes, aussi bien au cabinet qu’à l’hôpital.

Comment le reconnait-on ?

Il existe plusieurs signaux qui permettent de l’identifier, ils peuvent se cumuler :

  • Fatigue, stress, irritabilité, état dépressif, hypersensibilité,
  • Troubles de l’attention, de la mémoire, de la vigilance,
  • Troubles du sommeil, 
  • Désintérêt, démotivation professionnelle.

Il existe un test standardisé pour évaluer le niveau de burn out d’un professionnel de santé. Il s’agit du test de Maslach.

Faire le test

Comment prévenir le burn out ?

  • Trouver un équilibre entre sa vie professionnelle et sa vie privée ,
  • Garder un suivi médical : il est donc essentiel d’inciter les praticiens à consulter un médecin. C’est d’ailleurs l’enjeu de la campagne « dis donc t’as ton doc ».

L’objectif de la campagne est que 100% des médecins aient un suivi médical d’ici 2027, ce qui est particulièrement ambitieux.

Pour y arriver, 12 visuels ont été imaginés pour sensibiliser le corps médical et vont être diffusés durablement auprès des médecins et des étudiants via les réseaux sociaux notamment, par les 30 partenaires institutionnels de la campagne (le Ministère des Affaires sociales et de la Santé, le Centre National de Gestion, le Collège de Médecine Générale, la Fédération des Spécialités Médicales, le Conseil National de l’Ordre de Médecins, de très nombreuses organisations syndicales et intersyndicales médicales du secteur public ou libéral, les syndicats d’Etudiants, d’Internes ou CCA, la FNSIP-BM, les Conférences hospitalières, la FHF, la FHP, la FEHAP, l’ANMTEPH, l’association Soins aux Professionnels de Santé et le Quotidien du Médecin,...)

Voir les visuels de la campagne

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Nos produits
Assurance santé

Une assurance complémentaire santé responsable, complète et efficace.

En savoir plus

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 27.10.2017 par logo les échos

Social : le plan de l'exécutif en faveur des indépendants

Le Premier ministre a rencontré les adhérents de l'U2P réunis en congrès. Il a rappelé les mesures prises par son gouvernement en faveur des entreprises de proximité.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×