Le service sanitaire des étudiants en santé, qu’est-ce que c’est ?

Le 23.10.2017
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

L’année 2018 sera marquée par un grand changement pour tous les étudiants en santé : ils devront mener des actions de prévention dans le cadre de leur scolarité.

Un service sanitaire inscrit dans le programme présidentiel

Les étudiants en santé étaient prévenus par le programme d’Emmanuel Macron : un « service sanitaire des étudiants en santé » de trois mois serait lancé, au cours duquel ils interviendraient dans des écoles et des entreprises pour mener des actions de prévention. Cette mesure s’est retrouvée dès l’été dans la feuille de route délivrée aux ministères concernés par le Premier ministre. Elle a été confirmée fin septembre par la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn.

La création prochaine de ce service sanitaire des étudiants en santé entre dans le cadre de la transformation du système de santé, voulue par le président de la République. Elle intègre l’un des trois axes prioritaires, celui de la prévention – avec la réduction des inégalités d’accès à la santé et l’efficience de la prise en charge.

Des actions de prévention dans les écoles et en entreprise

Concrètement, les étudiants en médecine, en pharmacie, les élèves infirmiers et autres futurs masseurs-kinésithérapeutes devront consacrer 90 jours de leur temps, durant leur scolarité, à des actions de prévention dans les écoles et dans les entreprises. Il s’agira d’aborder des thématiques comme l’hygiène de vie (importance de l’activité physique, d’une alimentation saine…), les conduites addictives, la prévention des maladies infectieuses ou encore celle de la dépendance.
Le ministère souligne que l’objectif est aussi de « familiariser les futurs professionnels de santé avec les enjeux de prévention ».

Des questions en suspens

On connaît donc le principe de ce service sanitaire, moins ses modalités d’application. Quelle sera la rémunération des étudiants ? À quelle hauteur leurs frais seront-ils pris en charge ? Comment seront-ils assurés lors de leurs interventions ? Ces questions devront obtenir réponse dans les prochains mois. Se pose aussi la question d’une formation complémentaire… celle de la pédagogie. Car transmettre un savoir à des écoliers ne s’improvise pas.

D’ailleurs, la feuille de route d’Agnès Buzyn mentionne la création d’une mission interministérielle, « d’ici la fin de l’année 2017 », qui devra faire des propositions sur la « conception » et la « mise en œuvre » du dispositif. Quant à son lancement effectif et alors qu’il était dans un premier temps annoncé pour le mois de mars 2018, le service sanitaire des étudiants en santé devrait être inauguré à la prochaine rentrée de septembre. Il concernera quelque 40 000 étudiants.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×