Nos conseils pour gérer tranquillement votre multisupport

Le 08.02.2016
envoyer un email envoyer un email

Le fonds en euros a le mérite de la simplicité... Et l’inconvénient d’une faible performance à venir ! Les multisupport, eux, affichent des espoirs de gains supérieurs mais ils paraissent complexes. Sauf à suivre les conseils MACSF/Mieux Vivre Votre Argent…

Les faits sont têtus : la rentabilité des fonds en euros a vocation à poursuivre sa baisse dans les années à venir. Coup dur pour les épargnants! La solution pour accroître son espérance de gain sur son assurance-vie : diversifier sur des unités de compte. La très grande majorité des épargnants a intérêt à se livrer à l’exercice. Tout le monde ! Y compris les épargnants les moins avertis. Y compris les détenteurs de vieux contrats monosupports en euros (voir ci-dessous).

Voici trois règles d’or à suivre pour allier simplicité et performance avec un multisupport.

CONSEIL N°1 : Respectez la bonne posologie

A priori, la prise de risque inhérente aux unités de compte a vocation à être récompensée par plus de performances. Réfléchissez donc toujours en espérance de gain et risque de perte. Cas d’école : sur 100, vous faites le choix de garder 90% sur le fonds en euros et de diversifier 10% sur une unité de compte en actions. Dans le scénario noir, avec un recul de la Bourse de 50 %, vous finirez l’année avec un capital de 97, soit un recul de 3%. A contrario, dans une hypothèse très favorable, vous pourrez vous trouver à la tête de 107 au bout d’un an. Votre risque réel dépend non seulement du poids accordé aux unités de compte, mais aussi du support choisi. Utile à savoir, notamment en cas de passage d’un vieux monosupport vers un multisupport dans le cadre de l’amendement Fourgous.

Un fonds patrimonial, comme Carmignac Patrimoine, sera ainsi deux fois moins risqué qu’un fonds actions pur. On peut donc en mettre deux fois plus à prise de risque identique… Prendre 1 comprimé d’Aspirine à 1 g ou deux comprimés à 500 milligrammes, c’est exactement pareil. Pour commencer, évaluez donc la posologie adaptée à votre profil en fonction de votre allergie au risque et de votre espérance de gain.

CONSEIL N°2 : Oubliez le market timing !

Toutes les études le prouvent : acheter au plus bas pour vendre au plus haut est un exercice difficile. Pire, les investisseurs ont la fâcheuse tendance à agir parfaitement à contre-courant. Ils achètent au plus haut, portés par la bonne nouvelle des performances passées. Ils vendent au plus bas, découragés de voir les cours baisser. Le conseil : pilotez votre part de risque dans votre assurance-vie en fonction de votre profil, et non en fonction du niveau des cours sur le marché. Et versez régulièrement au lieu de chercher à piloter le timing ! 

CONSEIL N°3 : Rééquilibrez régulièrement

Si les marchés financiers évoluent au jour le jour, tel n’est pas forcément le cas de votre profil d’épargnant. Une fois par an, livrez-vous à un rapide check-up de votre contrat d’assurance-vie, en vous focalisant sur les répartitions entre les différents supports. Explication schématique : à l’origine, vous aviez choisi de garder 90% sur le fonds en euros et 10% sur les unités de compte risquées. Bingo, un an plus tard : alors que le fonds en euros n’a cru que de 2%, les placements risqués se sont envolés de 50%. Vous voilà donc à la tête de 107 euros. Mais le poids du risque a cru : 14%, contre 10% à l’origine. Plutôt que de réinvestir en actions, pensez plutôt à prendre vos plus-values et revenir sur votre profil initial…

Ted Harpett

Merci M. Fourgous !

Si vous possédez un vieux contrat d’assurance-vie avec pour seule possibilité d’investissement un fonds en euros, vous avez la possibilité de passer à un multisupport sans perte de votre antériorité fiscale. Grâce à un amendement roposé par le député Jean-Michel Fourgous. Mais il convient de diversifier a minima 20 % des unités de compte. La solution pour ne pas prendre de risque inconsidéré, par rapport à son profil patrimonial, privilégier un fonds diversifié et non un support actions pur.

Découvrir le RES Multisupport

Tout investissement sur des supports en unités de compte vous expose à un risque de perte en capital.

Pour une épargne qui vous ressemble, veillez à bien déterminer votre profil d'épargnant avec votre conseiller MACSF.  

L’assureur ne s’engage que sur le nombre d’unités de compte et non sur leur valeur. La valeur des unités de compte qui reflète la valeur d’actifs sous-jacents, n’est pas garantie, mais est sujette à des fluctuations à la hausse comme à la baisse dépendant en particulier de l’évolution des marchés financiers. Le fonctionnement des unités de compte est décrit dans la notice d’information du contrat.

RES Multisupport est un contrat d’assurance vie de groupe à adhésion facultative libellé en euros et en unités de compte souscrit par l’Association Médicale d’Assistance et de Prévoyance (AMAP) auprès de la MACSF épargne retraite. 

MACSF épargne retraite | Société Anonyme d’Assurances sur la Vie régie par le Code des assurances, au capital social de 58 737 408 €, entièrement libéré, enregistrée au RCS de Nanterre sous le numéro 403 071 095 Siège Social : cours du Triangle, 10 rue de Valmy, 92800 PUTEAUX. Adresse postale : 10 cours du Triangle de l’Arche, TSA 60300, 92919 LA DEFENSE CEDEX | France | Tél. : 3233

envoyer un email envoyer un email

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 25.11.2015

Dopez le rendement de votre contrat d'assurance vie

Les traditionnels fonds en euros vont rapporter de moins en moins à l’avenir. Nos parades pour redresser la barre. Un éclairage MACSF/Mieux Vivre Votre Argent.

Le 08.02.2016

La diversification pour tous

Interview de Philippe Marchon, expert patrimonial animateur épargne retraite de la MACSF. Propos recueillis par Ted Harpett, Mieux Vivre Votre Argent.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×