Prévoyance : pourquoi il faut mettre à jour son contrat

Le 17.08.2016
envoyer un email envoyer un email
Jambe cassée

Un contrat de prévoyance inadapté peut avoir de graves conséquences sur votre vie professionnelle. En voici une illustration, à travers 3 exemples de défaut de couverture tirés de cas réels.

1. Grossesse pathologique et défaut de couverture complémentaire

Cas de Mme G., infirmière libérale, 29 ans. 

Revenus et charges professionnelles

  • Revenus annuels assurés : 28 500€ (2375€/mois)
  • Charges professionnelles annuelles : 17 500€  (1 500€/mois)

Ce qui lui est arrivé

Mme G. présente une grossesse pathologique nécessitant un arrêt de travail entre le 15/01/2014 et le 15/05/2014.

Sa couverture prévoyance au moment du sinistre

  • Régime obligatoire CARPIMKO : prise en charge à compter du 91e jour à hauteur de 48,62€ /jour (1 478,86€/mois).
  •  Aucune assurance complémentaire.

Les conséquences

Pendant les 3 premiers mois de son arrêt de travail, Mme G. ne bénéficie d’aucune couverture. Elle doit faire face à une perte de revenus de 7 125€ et à des charges de 4 500€. A compter du 16/05/2014, elle perçoit la prestation Carpimko, mais conserve une perte de revenus mensuelle de 935€ tout en continuant à devoir payer 1500€ de charges mensuelles. Ne pouvant y faire face, elle se résout à fermer son cabinet.

Ce qu’elle aurait dû faire

A l'occasion d'un bilan professionnel avec un conseiller MACSF, Mme G. aurait pu souscrire un plan de prévoyance qui lui aurait permis de percevoir* une indemnité mensuelle et ainsi maintenir 100% de ses revenus assurés**.  Elle aurait pu bénéficier également de la prise en charge de ses frais professionnels.

* après un délai de franchise de 7, 14 ou 30 jours selon l'option choisie.
** prise en charge exclusive par la MACSF pendant les 3 premiers mois, puis en complément de la prestation Carpimko au-delà de 3 mois et jusqu'à la veille du congé légal de maternité.

2. Arrêt de travail et absence de couverture des frais professionnels

Cas de M. V., médecin libéral, 41 ans exerçant en SCM.

Revenus et charges professionnelles

  • Revenus annuels assurés : 90 000€ (7 500€/mois)
  • Charges professionnelles annuelles : 58 000€ (4 830€/mois)

Ce qui lui est arrivé

M. V. subit une opération cardiaque nécessitant un arrêt de travail d'une durée de 12 mois à compter du 15/01/2014.

Sa couverture prévoyance au moment du sinistre

  • Régime obligatoire CARMF : prise en charge à compter du 91e jour à hauteur de 127,46€/jour (3 876,91€/mois). 
  • Assurance complémentaire : prise en charge des revenus à hauteur de 7 000€ les 3 premiers mois, puis de 3 130€/mois au-delà du 3e mois. Pas de prise en charge des frais professionnels

Les conséquences

Une fois réglés les 4 830€ mensuels de charges à la SCM, M. V. ne dispose plus que de 2 170€ de revenus/mois sur les 7 000€ perçus. Il décide de se radier de la SCM afin de restreindre ses charges et maintenir son niveau de vie.  

Ce qu’il aurait dû faire

A l'occasion d'un bilan professionnel avec un conseiller MACSF, M. V. aurait pu intégrer aux dispositions de son plan de prévoyance la couverture des frais professionnels (pendant 12 ou 18 mois selon l'option choisie). 

3. Invalidité et montants de prise en charge inadaptés

Cas de M. B., chirurgien-dentiste, 55 ans.

Revenus et charges professionnelles

  • Revenus annuels assurés : 93 600€ (7 800€/mois)
  • Charges professionnelles annuelles : 195 000€ (16 250€/mois)

Ce qui lui est arrivé

M. B. est victime d'une pathologie invalidante de l'épaule nécessitant un arrêt de travail de 2 ans, puis un passage en invalidité totale avec cessation d'activité

Sa couverture prévoyance au moment du sinistre

  • Régime obligatoire CARDCSF: prise en charge à compter du 91e jour à hauteur de 92,37€/jour (2 809,59€/mois). 
  • Assurance complémentaire : couverture des revenus à hauteur de 4 000€/mois pendant les 3 premiers mois (1 191€ mensuels à compter du 91e jour) ; couverture des frais professionnels à hauteur de 13 000€/mois. 

Les conséquences

Si elles couvrent ses frais professionnels, les indemnités perçues par M. B. (CARDCSF + prévoyance),  ne couvrent que 4 000€ sur 7 800€ de perte de revenus. Elles ne lui permettent pas de conserver son niveau de vie.
En conséquence, M. B. envisage une reconversion professionnelle

Ce qu’il aurait dû faire

A l'occasion d'un bilan professionnel avec un conseiller MACSF, M. B. aurait pu adapter le montant de ses revenus pris en charge par son plan de prévoyance

Pour actualiser votre contrat avec votre conseiller 

envoyer un email envoyer un email
Solutions
Assurance prévoyance

Avec notre assurance prévoyance, complétez les prestations insuffisantes de votre régime obligatoire ou statutaire

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 17.08.2016

Assurance habitation : pourquoi il faut mettre à jour son contrat

Un défaut de mise à jour de votre contrat d'assurance habitation peut remettre en cause votre indemnisation, même en cas de sinistre garanti. En voici une illustration, à travers 2 témoignages...

Le 17.08.2016

Cabinet professionnel : pourquoi il faut mettre à jour son contrat

Un contrat multirisque professionnelle inadapté peut avoir de graves conséquences sur votre cabinet médical. En voici une illustration, à travers 3 témoignages de sociétaires MACSF....

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×