Témoignage de Elsa, infirmière libérale en colère pendant le COVID-19

Le 28.04.2020
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Elsa coronavirus infirmière

A l'heure où les soignants sont en première ligne, la MACSF donne la parole à ceux qui s'impliquent tous les jours dans la lutte contre le virus. Découvrez le témoigne de Elsa, infirmière libérale en colère

Je viens d'enchaîner huit jours de travail. Pendant ces jours, est arrivé le confinement, avec ses répercussions. Alors oui, moins de monde dans les rues, des routes libérées, les gazouillements des oiseaux, en Ile-de-France c'est bien extraordinaire et fort agréable, ça je l'ai remarqué.

Le manque de civisme de certaines personnes face à la crise 

Mais ce que j’ai pu aussi remarquer, c'est vous, dehors, et votre comportement. Et c'est bien cela qui m'a le plus choqué. Je ne reviendrai pas sur le fait que votre présence à l'extérieur n'est souhaitée pour personne, si vous ne l'avez pas compris à cette heure-ci... En revanche, les regards inquisiteurs, suspicieux, dévisageurs, et même fâchés, les remarques à tout bout de champ, ça ce n'est pas possible. Pourquoi ? Parce que je porte un masque.

Certes ce n'est pas marqué sur mon front, mais je suis infirmière. Je suis infirmière, et je me rends chez une quinzaine (voire vingtaine) de foyers différents par jour. On ne me laisse à cette heure-ci (et encore je ne globalise pas quand je vois le témoignage des collègues) pour seule protection qu'un masque chirurgical, alors je le porte.

Le manque d'armes de défense

Je souhaiterais également pour mes patients à risque sur-blouses, sur-chaussures, lunettes de protection ou encore charlotte, mais ça n'est pas possible. Alors je porte mon masque. Et pour, info, une fois posé sur le nez, il ne peut plus être enlevé. Alors je le mets, et je ne l'enlève plus durant ma tournée, parce que je ne peux pas me permettre de le garder seulement 3h. Les pharmacies sont vides. Je le porte. Pour mes patients, et pour moi.

A l'heure actuelle, il est notre plus grande arme, alors à défaut de mieux, on respecte au maximum les règles d'hygiène élémentaires et recommandations que les autorités nous donnent, en le portant. D'ici à ce que les consignes changent, car elles changent souvent.

Coup de colère également, parce que marre de retrouver mes patients en pleurs, le soir, à cause de votre bêtise. Réfléchissez aussi, quand vous adressez vos remarques désobligeantes à un petit monsieur de 65 ans que vous croisez dans la rue, porteur d'un masque, et également soit dit en passant, d'un cancer du pancréas, seul, qui n'a d'autre choix que de se rendre 2 h en pharmacie pour ses traitements. "Coronavirus", "tu n'as pas honte de voler les masques aux soignants".. Voilà ce qu'il entend.. non mais entendez-vous.. taisez-vous.

La vie privée des soignants oubliés

Vous nous faites mal. Quand je vous vois sur vos vélos en pleine journée, tous en famille, vous nous faites encore plus mal. Vous scandez haut et fort que vous n'avons plus de masque, que c'est anormal, et quand vous nous voyez en porter dans la rue, les insultes fusent et les ralliements avec ? Je ne reviendrai pas non plus sur les dégâts causés aux voitures des collègues, qui, au sacrifice de leur vie privée, de leurs enfants abandonnés, et de leur santé, se sentent menacés pour venir vous soigner.

C'est comme ça que vous le leur rendez ? En est-on vraiment au point de devoir vous supplier de nous épargner ? Que nous souhaitons travailler dans le respect, le calme et la sécurité ?

Si le soir vous nous applaudissez, alors le matin, merci de nous encourager, et non pas de nous briser.

Une soignante en colère.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

La communauté MACSF

Un forum avec plus de 500 000 professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×