Chimiothérapie orale et téléconsultation : les officines en quête de nouveaux services

Le 06.06.2019 par Jean-Jacques Cristofari
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Pharmacie proposant la téléconsultation

Le net recul des ventes en officines sur la décennie écoulée, étroitement associé à la forte croissance de la substitution des produits princeps par des génériques ainsi qu’au renforcement des mesures de régulation économiques, a entraîné une évolution de l’exercice officinal vers les services aux patients. Dans la constitution du « nouveau modèle » économique de l’officine, la téléconsultation en pharmacie d'officine et le suivi en pharmacie des chimiothérapies orales en font partie.

Dès les années 2000, le monde officinal a initié de nombreuses démarches en vue de la mise en place d’un nouveau modèle économique. La convention de 2012, signée entre les syndicats de pharmaciens et l’Assurance-maladie, a permis « de conclure un dispositif conventionnel rénové confortant le pharmacien dans son rôle de professionnel de santé et valorisant la qualité de l’exercice pharmaceutique et les missions de conseil et d’accompagnement du pharmacien. »

Avec l’introduction d’un honoraire de dispensation, elle a surtout permis de valoriser et de rémunérer les nouvelles missions des officinaux. Elle a également entraîné le démarrage des entretiens pharmaceutiques sur les thèmes des AVK (2013), puis de l’asthme (2014), préambule à celui bilans de médication et du décret « Conseil et Prestations » de 2018 qui ouvre la voie à la réalisation de cinq services que les pharmaciens peuvent désormais proposer et facturer.

-> Lire le décret « Conseils et prestations » 

Le virage numérique de l’officine par la téléconsultation

En parallèle à ces nouveaux développements, l’officine a pu engager son virage numérique et entrer dans une nouvelle ère. Avec 4 millions de Français qui utilisent chaque jour le réseau officinal, une prévalence des maladies chroniques en forte progression et une population qui a de plus en plus recours aux outils du numérique, à commencer par leur mobile1, l’officine peut désormais présenter de nouveaux services sur les canaux du digital.

Les téléconsultations par vidéotransmission sécurisée entre un patient et son médecin sont déjà possibles depuis décembre 2018 et sont rémunérées 25 euros pour un médecin généraliste et 30 euros pour un spécialiste. Celles qui se tiendront entre un patient et son pharmacien, objet de l’avenant 152, imposeront le respect d’un certain nombre de conditions :

  • la prise en charge devra s’effectuer dans le respect du parcours de soins ;
  • le pharmacien devra disposer d’un espace permettant de préserver la confidentialité des échanges lors d’une téléconsultation ;
  • le pharmacien devra disposer des équipements nécessaires à la vidéotransmission, à la bonne installation des patients et à la réalisation de certains actes pour un éventuel examen clinique (tensiomètre, oxymètre, stéthoscope et otoscope connectés) ;
  • il pourra, à la demande du médecin, lui transmettre des données complémentaires comme, par exemple, les valeurs tensionnelles.

Les téléconsultations par vidéotransmission en pharmacie bénéficieront :

  • d’une participation forfaitaire de 1 225 € la première année afin de leur permettre de s’équiper en objets connectés utiles aux téléconsultations ;
  • et une participation fixe de 350 € les années suivantes.

Ce déploiement des téléconsultations en officine « fera l’objet d’un suivi, particulièrement dans les zones sous denses dans lesquelles la télémédecine peut jouer un rôle majeur pour faciliter l’accès aux soins » note la CNAM.

Chimiothérapies orales : le pharmacien peut jouer le rôle de coordinateur

Le pharmacien peut être un acteur important dans la prise en charge des patients souffrant de cancer et bénéficiant d’un traitement au sortir de l’hôpital.

« Le but, avec les nouvelles chimiothérapies orales, est d’accompagner ces patients à domicile dans leur vraie vie. Ce virage ambulatoire de leur prise en charge nécessite un renforcement de la proximité, de la disponibilité et de l’expertise du pharmacien », résume François Martial, président de l’URPS pharmaciens Nouvelle Aquitaine.

12 URPS (Unions régionales des professionnels de santé) pharmaciens affiliées à la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France ont, sur ce registre, lancé en 2018 une enquête permettant de mieux connaître et comprendre les besoins et attentes des patients atteints de cancers.

Objectif : construire un plan d’action qui permettra aux pharmaciens de se positionner en tant qu’acteurs mobilisés dans le développement actuel de l’oncologie et le parcours de soins des patients atteints d’un cancer.

Les résultats font ressortir que :

  • plus de 80 % des répondants se sont rendus au sortir de l’hôpital directement en officine pour leur traitement ;
  • et dans plus de 70 % des cas, les pharmaciens ont su répondre à leurs questions.

Le rôle du pharmacien peut être d’autant plus décisif que certaines régions ou villes sont en prise avec un manque de médecins.

Le pharmacien peut dès lors « coordonner l’ensemble des acteurs pour accompagner au mieux le patient, mais en s’assurant de l’observance », comme le note le réseau de Cancérologie d’Aquitaine. Selon ce dernier, cet accompagnement suppose néanmoins des outils :

  • la création du carnet de liaison ;
  • une messagerie sécurisée ;
  • des fiches médicaments du site Omédit Haute-Normandie ;
  • une fiche de recueil d’informations du patient ;
  • deux questionnaires de satisfaction pharmaciens et patients ;
  • la formation de tous les pharmaciens du secteur médicaments du C. H.

1 4 % des Français utilisent aujourd’hui leur Smartphone pour se connecter au Web, 60% pour consulter leurs mails, 55% pour télécharger des applications.
2 cf. L’avenant n°15 à la Convention nationale des pharmaciens titulaires d’officine, approuvée par arrêté ministériel le 4 mai 2012. Cet avenant n°15 à la convention des pharmaciens fait suite à l’avenant n°6 à la convention médicale sur la télémédecine, signé le 12 juin 2018.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

La communauté MACSF

Un forum avec plus de 500 000 professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×