Désert médical : trouver un médecin remplaçant

Le 02.05.2018 par Jean-Jacques Cristofari

logo les échos

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Médecin, remplaçant, équipe soignante, désert médical.

Les petites annonces médicales pour trouver un successeur à son cabinet se démultiplient sur la toile. Rares sont les communes qui ne sont pas en quête d’un ou plusieurs médecins et aucune spécialité n’échappe à la règle. Comment dès lors trouver la perle rare dans un secteur où la pénurie est la règle ? Petit inventaire des méthodes utilisées.

« Commune rurale, cherche médecin désespérément ! ». Ce titre d’article de presse est le plus répandu dans les médias depuis quelques années. Car les villages ou les quartiers de ville qui cherchent à attirer un médecin généraliste ou un praticien dans l’une ou l’autre des spécialités qui fait désormais défaut, sont légion.

Avec 47 % des médecins inscrits en 2017 au tableau de l’Ordre âgés de plus de 60 ans et une diminution de 10 % des praticiens en activité régulière ces 10 dernières années, la situation ne devrait pas s’améliorer avant la prochaine décennie. Les médecins remplaçants, qui représentent 4 % de l’ensemble des inscrits depuis 2007, ne devraient pas non plus contribuer à résorber le problème de la lancinante pénurie d’effectifs sur le territoire national.
 

Faire appel à un chasseur de tête pour trouver un médecin remplaçant

 
Certaines communes se sont ainsi essayées au recrutement en ayant recours à un chasseur de tête. La méthode est souvent efficace, mais elle est coûteuse et n’offre pas la garantie que le « chassé » - parfois à l’étranger - restera sur place dans le moyen terme.
 

Diffuser des annonces pour un remplacement de médecin

 
D’autres ont surenchéri à coups d’annonces médicales répétées dans la presse, tout aussi coûteuses, sans obtenir nécessairement le résultat espéré.
Car annoncer vouloir mettre à disposition un logement, la gratuité des locaux professionnels ou la promesse d’un emploi pour le conjoint, ne supplée en rien l’absence de projet médical ou de soutien d’autres professionnels dans le même secteur.

 

Se rapprocher de l’ordre des Médecins et des Conseils départementaux

 
Le recours aux services des délégations départementales de l’Ordre des Médecins – qui recensent les arrivées et les départs - est également une piste possible, qui rejoint souvent celle des Conseils départementaux qui effectuent ensemble des campagnes d’information pour attirer des médecins remplaçants. C’est le cas du Gers qui vient de lancer son « #dites32 », qui vise à vanter les charmes du Gers et de sa ruralité.
 

Entrer en relation avec les professionnels de santé grâce au web

 
L’Internet et ses réseaux sociaux constituent également une voie souvent empruntée par ceux qui proposent de céder leur cabinet médical comme par ceux qui cherchent un point de chute précis, en ville ou à la campagne. Plusieurs plateformes, telle Docndoc, proposent de mettre en relation les médecins pour trouver plus facilement des remplacements ou des remplaçants.
 

> Consulter le site Docndoc.fr
 

Last but not least, des groupes Facebook ont également été créés pour mettre en relation ceux qui quittent leur activité ou cherchent un docteur remplaçant temporaire avec ceux qui sont prêts à offrir leurs services ou à s’installer.

Dans la lutte contre les déserts médicaux, aucune méthode n’est délaissée. Combinées les unes aux autres, elles permettent d’aboutir en leur associant cependant un dernier atout : le facteur chance, celui qui veut que « le hasard ne favorise que les esprits préparés ».

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×