L'intelligence artificielle fait son entrée en établissement de santé

Le 25.09.2019
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
intelligence-artificielle-hopital

Accélération de la recherche, amélioration des diagnostics, optimisation du PMSI et des flux de patients : l’IA promet de révolutionner la gestion des établissements hospitaliers.

Depuis plus d’une décennie, l’intelligence artificielle (IA) s’est imposée dans un nombre croissant de secteurs d’activité. La santé n’a pas échappé à la règle et les applications de l’IA s’y développent à grands pas, en particulier dans le secteur hospitalier.

Le rapport sur l’IA issu de la mission Villani (1) et remis au gouvernement en mars dernier, détaille comment l'IA et l'exploitation automatique des données de santé de l’Assurance-maladie, du secteur ambulatoire ou des hôpitaux pourront : 

  • ouvrir la voie à des politiques de prévention sanitaire prédictives, plus ciblées et individualisées, 
  • anticiper les demandes de soin, 
  • mieux détecter les symptômes
  • exploiter les résultats d’analyse (imagerie médicale…)
  • formuler des propositions thérapeutiques personnalisées 
  • participer à la détection des effets secondaires des traitements
  • prévoir des situations d'affluence aux urgences et des taux de ré-hospitalisation
  • ou encore modéliser plus finement la propagation d'une pathologie et faciliter la coordination des équipes de soin.

L’IA devrait ainsi permettre d’accéder à une nouvelle ère des diagnostics extrêmement précoces, avec la recherche de pré-symptômes ou de prédisposition à une maladie. A cet effet, elle pourra s’appuyer sur les Programmes de médicalisation des systèmes d’information (PMSI) dont les codifications permettent d’estimer le coût important des hospitalisations pour les pathologies et de suivre l’impact d’éventuelles campagnes de prévention.
Par ailleurs, le Dossier Médical Partagé (DMP) sera accompagné d’une production d’informations et de données de santé utilisables à des fins d’IA pour améliorer les soins et leur coordination, mais également participer à des projets de recherche et d’innovation d’IA en santé.

L’IA en appui pour transformer les pratiques

A l’hôpital, les professionnels de l’imagerie médicale verront leurs pratiques se transformer. Avec la lecture d’image automatisée, "les radiologues pourraient se concentrer sur l’interprétation des pathologies complexes et/ou s'orienter vers la radiologie interventionnelle", note le rapport d’une autre mission (2). D’autres secteurs bénéficieront également des innovations de l’IA, dont la cardiologie où se développent de nouveaux services d’interprétation d’électrocardiogramme  (ECG) par des logiciels. Fondés sur l’apprentissage machine à partir de données massives. L’application de la robotique (avec le robot Da Vinci ou le Smart Tissue Autonomous Robot) à la chirurgie autorise déjà des interventions chirurgicales en reproduisant les étapes d’une opération classique.

IA : les projets s’accélèrent à l’hôpital

Dans le monde hospitalier, les applications de l’IA se multiplient désormais. 
Ainsi le CHU de Clermont-Ferrand a développé un logiciel de réalité augmentée (SurgAR) adapté à la chirurgie par cœlioscopie qui marque l'entrée de la chirurgie mini-invasive dans le monde de l'intelligence artificielle (3). 
L’AP-HP, à Paris, a signé un contrat avec une société d’accélération du transfert de technologies (la SATT Ouest Valorisation) afin d’engager une collaboration durable pour le dépistage automatisé de la rétinopathie diabétique et, dans un avenir proche, d’autres pathologies de l’oeil. L’innovation, nommée OphtAI, est une intelligence artificielle fruit de trois années de recherche collaborative entre chercheurs, cliniciens et industriels (4).
Rennes, un nouvel outil de monitoring et de diagnostic « user friendly » - Digi-NewB, seul projet de médecine personnalisée français, qui réunit 6 CHU du Grand Ouest - sera capable d’alerter sur les risques de santé du nouveau-né. Il s’appuie sur une étude, lancée en mars 2016, et qui porte sur une cohorte de 700 bébés.
Last but not least, à Grenoble, la création d’un institut interdisciplinaire d’intelligence artificielle (IA) positionne le site santé grenoblois au centre d’un réseau interdisciplinaire de classe mondiale en matière de recherche (5). Chercheurs, ingénieurs et médecins du site santé grenoblois sont conjointement impliqués dans le fonctionnement de la plateforme expérimentale de séquençage à très haut-débit AURAGEN, financée par l’État dans le cadre du plan France Médecine Génomique 2025.

(1) Cf. Rapport "Donner un sens à l’intelligence artificielle" de Cédric Villani, 29 mars 2018. Rapport ‘Intelligence artificielle et travail » de France Stratégie, 29 mars 2018
(2) Cf. « Intelligence artificielle et travail » « Impact dans le secteur de la Santé », rapport à la ministre du Travail et au secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargé du Numérique, mars 2018
(3) cf. “La chirurgie augmentée par IA s'invente à Clermont-Ferrand », Réseau CHU, 30/08/2019 
(4) cf. « Avec l'AP-HP, révolutionner le dépistage de la rétinopathie diabétique », Réseau CHU, 25/01/2019
(5) Cf. « A Grenoble, CHU, université, organismes de recherche et entreprises pour un pôle santé d'excellence », Reseau CHU, 06/05/2019

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

La communauté MACSF

Un forum avec plus de 500 000 professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×