Crise des hôpitaux : une centaine de personnalités alertent Emmanuel Macron

Le 04.10.2019 par LES ECHOS

logo les échos

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Dans une tribune publiée ce mercredi dans « Le Parisien », 108 personnalités et des représentants de patients appellent le président de la République à lancer un plan pour « sauver l'hôpital », évoquant une situation devenue « intenable ». Début septembre, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, avait annoncé des mesures pour répondre à la crise des services d'urgences.

Les mesures du gouvernement face à la crise du secteur hospitalier n'ont pas calmé les inquiétudes. Quelque 108 personnalités françaises, associées à des représentants de patients, réclament un plan d'urgence pour « sauver l'hôpital » dans une lettre ouverte à Emmanuel Macron publiée, ce mercredi, par le « Parisien » .

Charlotte Gainsbourg, Véronique Sanson, Vincent Lindon, Florence Foresti, Richard Bohringer, Thomas Piketty figurent parmi les 108 personnalités signataires de cette lettre, avec une quarantaine de représentants de patients, en soutien « aux blouses blanches au bord de la crise de nerfs », explique le quotidien.

« Situation intenable »

« La situation sur le terrain est devenue réellement intenable : les difficultés d'accès aux soins s'accroissent, la qualité et la sécurité des soins se dégradent et nous observons l'épuisement et l'inquiétude des personnels hospitaliers », écrivent les signataires. Les personnalités - qui ont été confrontées au monde hospitalier - réclament l'ouverture de lits, l'embauche du « personnel nécessaire », la revalorisation des salaires des personnels. « L'hôpital public a besoin de réformes mais aussi et surtout de moyens pour assurer ses missions dans des conditions acceptables pour les patients et pour les soignants », conclut le courrier.

 

Lire aussi :

EDITO - Urgences : le réceptacle des dysfonctionnements
INTERVIEW - Martin Hirsch : « Il y a des solutions concrètes pour soulager les urgences »

Les hôpitaux de France sont secoués depuis de longs mois par une profonde crise, notamment dans les services des urgences qui sont nombreux à être toujours en grève. Début septembre, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, avait dévoilé une troisième vague d'annonces en trois mois pour tenter de répondre aux inquiétudes des professionnels de santé. Un plan global qui prévoit notamment 750 millions d'euros sur trois ans, mais ne comporte pas la création de nouveaux postes ou de réouvertures de lits, jugés pourtant indispensables par les grévistes pour répondre au problème de l'engorgement des services d'urgences .

Source AFP

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×