Un test sanguin prometteur pour détecter certains cancers

Le 24.01.2018

logo les échos

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Des chercheurs américains ont mis au point un test détectant précocement l'un des huit cancers les plus fréquents dans 70% des cas.

C'est un espoir de dépister certains cancers avant même l'apparition de symptômes. Un test sanguin expérimental a permis de détecter, de façon précoce, les huit cancers les plus fréquents dans 70 % des cas, explique une étude publiée dans la revue « Science ».

Dans les échantillons de sang des 1.005 patients de l'étude atteints d'un des huit cancers les plus communs et n'ayant pas développé de métastases, le taux de détection a varié de 33% à 98% selon les tumeurs, précisent les auteurs de l'étude.

La sensibilité a été de 69% et plus pour les cancers de l'ovaire, du foie, de l'estomac, du pancréas et de l'oesophage, qui sont tous difficiles à détecter précocement, indiquent encore les chercheurs.
 

Lire aussi :

Cancer du sein : la pertinence du dépistage en question

 
Autre conclusion de l'étude, le test a rarement donné des « faux positifs » : seulement 7 diagnostics faux sur 812 au total, soit moins de 1 %. Baptisé « CancerSEEK », il a aussi permis de réduire à deux le nombre de sites d'origine possible du cancer pour environ 80 % des patients.
 

Un test à moins de 500 dollars

 
Ces résultats pourraient placer l'équipe de chercheurs de l'Université Johns Hopkins à Baltimore, menée par Nickolas Papadopoulos, en tête dans la compétition en cours pour commercialiser un test sanguin universel de dépistage du cancer.

L'équipe de recherche a déjà déposé un brevet pour « CancerSEEK » dont le coût sera inférieur à 500 dollars. « Ce montant est excellent » car il est comparable à ceux d'autres tests actuels de détection du cancer comme la coloscopie, juge Anirban Maitra, un cancérologue du Centre du cancer Anderson à Houston (Texas).
 

Lire aussi :

Un logiciel calcule pour chaque femme le risque de cancer du sein

 
Les auteurs de l'étude parue dans « Science » travaillent par ailleurs déjà sur une autre étude, plus large, portant sur 50.000 femmes n'ayant jamais eu un cancer. Objectif : déterminer si le test peut détecter plus systématiquement la présence d'une tumeur avant l'apparition des premiers symptômes.

Source AFP.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

À lire aussi

Le 02.10.2017

Le numérique au service de la santé

Avec l’émergence des nouvelles technologies de l’information et de la communication, l’e-santé est apparue au milieu des années 1990. La démocratisation d’Internet, des smartphones...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×