Réussir le volet immobilier de votre projet MSP

Le 18.12.2017
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

La création de votre local sera t-elle portée par le public ou le privé ? Comment choisir sa configuration et son lieu d’implantation ? Suivez le guide.

Assez tôt dans la conception de votre maison de santé (en fait, dès l’étude de faisabilité), il faudra vous pencher sur la partie immobilière du projet. Et il ne s’agira pas juste de trouver les murs de votre future MSP. Il va d’abord falloir déterminer si le projet immobilier sera porté par le public ou le privé. Puis poser les caractéristiques de votre futur local et son lieu d’implantation. Voici quelques repères pour vous aider. 

Portage public vs portage privé : avantages et inconvénients de chaque formule

 
Le portage public : la plus courante des configurations

 
Souvent, c’est une collectivité locale qui porte le volet immobilier de la maison de santé, en construisant ou en mettant à disposition un local. Logique : accueillir une MSP est un atout pour son territoire.

  • La collectivité est propriétaire du local et vous en êtes locataire : soit à titre individuel, soit via la SCM ou la SISA supportant votre MSP.
  • Selon ce que vous aurez négocié avec la collectivité, il se peut que ce soit elle qui supporte le coût des travaux et se charge de la mise aux normes.
  • L’inconvénient, c’est que tout ça peut être long. Très long. Entre le début des travaux et l’inauguration, il peut s’écouler des années.

 

Le portage privé : par vous-même ou un investisseur externe

 
Il arrive que le volet immobilier soit porté par le privé. Soit par vous, via une société civile immobilière (SCI) créée pour l’occasion, soit par un investisseur externe. Voyons les deux options.
 

  • Option n°1 - vous créez une SCI et vous achetez ou faites construire le local vous-même : le capital de la SCI pourra le cas échéant être réparti entre les différents professionnels de santé de la MSP. La SCI pourra ensuite louer le local à la société civile de moyens (SCM) ou à la société́ interprofessionnelle de soins ambulatoires (SISA) de la maison de santé. 
    L’avantage : en étant propriétaire de votre local, vous gagnez en stabilité. Une solution valable si vous comptez pratiquer au moins 10 à 15 ans…
     
  • Option n°2 - vous louez à un investisseur privé : la formule est surtout intéressante si vous débutez ou que vous approchez de la retraite.
     

Selon ce que vous aurez négocié, il se peut que vous n’ayez pas à supporter le coût des travaux et de la mise aux normes.

Évaluer la superficie et les espaces nécessaires à votre équipe

 
Que le portage soit public ou privé, il va falloir être au clair sur vos attentes. Sinon, le projet architectural risque de vous échapper.

  • Quelle superficie globale faudra-t-il à l’équipe pour exercer ? Selon la composition de la MSP, la réponse peut varier énormément. Exemple : en général, un dentiste aura besoin de beaucoup plus d’espace qu’un infirmier.
     
  • Quid des parties communes ? La liste peut être longue pour une maison de santé : accueil, secrétariat, salle d’attente, salle de réunions interprofessionnelles, salle de repos, sanitaires réservés aux professionnels de santé et au public, cuisine, logement pour les remplaçants ou les étudiants, locaux de rangement, gestion des déchets, câblage pour la mise en réseau des bureaux, locaux techniques…
     

Choisir le lieu d’implantation de la maison de santé

 
Une fois au clair sur la superficie (voir plus haut), place aux visites de terrains et de bâtiments. Nos conseils :

  • Prenez en compte la facilité d’accès au bâtiment et le stationnement.
     
  • Quand vous aurez repéré un ou plusieurs lieu(x) d’implantation, présentez le projet à différents architectes, demande d’esquisse à l’appui.
     
  • Mettez aussi en concurrence plusieurs devis d’assurance dommages-ouvrage avant le début de la construction.
     
  • Prévoyez des visites de chantier hebdomadaires pour suivre le projet de près.
     

Dans l’ensemble, ce volet immobilier est souvent long et difficile. Ne vous découragez pas : gardez en tête les raisons qui motivent votre projet et le service qu’il va rendre à la communauté…

> Lire aussi : Projet de MSP : le volet immobilier

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×