Le coordinateur : le pivot de la MSP

Le 18.12.2017
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Quel est le rôle du coordinateur dans la maison de santé pluriprofessionnelle ? Comment le choisir ? Le former ? Portait-robot d’un chef d’orchestre.

Quand on évoque les maisons de santé, le terme « coordination » revient sans cesse. Et pour cause : sans coordination, les MSP ne seraient pas des MSP. Au fil du temps, un nouveau métier est même apparu pour assurer la bonne marche de la structure : celui de coordonnateur (ou coordinateur). À qui confier cette fonction centrale ? Quelques clés pour vous aider à décider. 

 

Quelles sont les fonctions du coordinateur en maison de santé pluriprofessionnelle ?

 
Le rôle de coordinateur implique trois types de missions : la gestion administrative, l’animation de la coordination et les relations avec les partenaires extérieurs.
  

La gestion administrative de la structure, et notamment :

  • la gestion comptable
  • la gestion du personnel
  • la gestion des espaces
  • la gestion des stocks : fournitures, matériels médicaux et paramédicaux…
  • la gestion des déchets médicaux
  • le respect de la réglementation en matière de sécurité

 

L’animation de la coordination :

  • la préparation des réunions de coordination
  • le pilotage de groupes de travail sur des thématiques du projet de santé
  • le suivi des actions de santé publique : ciblage des patients, collecte d’infos, analyse de données…

 

Les relations avec les partenaires extérieurs :

 
Le coordinateur n’a pas qu’un rôle interne. Il est aussi chargé d’entretenir les relations de la MSP avec les partenaires extérieurs, dont :

  • les acteurs sanitaires, médico-sociaux et sociaux du territoire
  • les ARS
  • l’université et les écoles professionnelles (accueil des étudiants en formation)
  • l’éditeur de votre système d'information (SI)

 

Une mission souvent externalisée

 
Si le rôle de coordinateur peut être assuré par l’un des professionnels de santé de l’équipe, les MSP délèguent souvent la mission à un prestataire externe. Par exemple via Facilimed,  une coopérative qui propose aux maisons de santé des services de coordination sur-mesure.

Le coordonnateur salarié est alors présent 1 à 2 jours par semaine en moyenne.
 

Financer le poste via les NMR ?

Faire appel à un coordinateur salarié revient environ à 16 000/an pour 1,5 jour de présence par semaine.

Il est possible de financer le poste via les nouveaux modes de rémunération.

Quel profil choisir pour un poste de coordinateur en MSP ?

 
Secrétaires formés à la coordination, BTS communication, doctorat en sociologie, ingénieurs informaticiens, gestionnaires… Les profils sont extrêmement variés, alors avant toutes choses, faites le point sur vos besoins :
 

  • si votre priorité est la coordination des soins, déterminez au sein de la MSP un profil de soignant formé à cela (ex : infirmière diplômée de master). Vous pouvez préciser dans le règlement intérieur qu’il s’agit d’un poste « tournant » entre les différents professionnels de la structure.
  • si votre priorité est l’administratif, optez plutôt pour un profil « chef de projet » (ex : master en gestion projet de santé, école de commerce/gestion).
     

Une formation spécialement dédiée au poste de coordinateur en MSP

Depuis 2015, il existe une formation au poste de coordonnateur en MSP, proposée par l’école des hautes études en santé publique (EHESP) en partenariat avec la haute autorité de santé (HAS).

> Plus d’infos sur cette formation

 
Quelle que soit la formule choisie, l’essentiel est qu’elle vous offre la sérénité et le temps nécessaires pour vous concentrer sur vos activités médicales et paramédicales…

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×