Le remplacement de l'infirmier libéral

Le 30.01.2020 par Olivia Azerad & Pascale Osvald, Juristes MACSF
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Remplacement de l'infirmier libéral

Vous souhaitez assurer le remplacement d'un(e) infirmier(e) libéral(e), voici la réponse à certaines questions que vous pouvez être amené à vous poser.

Le remplacement infirmier en vidéo

Quelles sont les conditions du remplacement d’un infirmier libéral ?

L'article R. 4312-44 du code de santé publique (CSP) relatif au remplacement prévoit :

"qu'une infirmière d'exercice libéral ne peut se faire remplacer que par une consœur d'exercice libéral, ou par une infirmière n'ayant pas de lieu de résidence professionnelle".

Dans cette hypothèse, la remplaçante doit être titulaire d'une autorisation de remplacement délivrée par le Conseil de l'Ordre infirmier et dont la durée maximale est d'un an, renouvelable.

L'infirmière remplaçante ne peut remplacer plus de deux infirmières à la fois, y compris dans une association d'infirmières ou un cabinet de groupe.

Il en découle les conséquences suivantes :

  • La signature d'un contrat de remplacement écrit s'impose, dès lors que le remplacement est d'une durée supérieure à 24 heures, ou d'une durée inférieure mais répété.
  • Le contrat de remplacement doit être établi directement entre l'infirmière remplacée et sa remplaçante.
  • Concernant la rémunération de la remplaçante, celle-ci perçoit des honoraires pour le compte de l'infirmière remplacée, et les lui remet en totalité. Cette dernière fait alors une rétrocession d'honoraires à sa remplaçante, de laquelle elle déduira une somme correspondant à la participation de la remplaçante aux frais de fonctionnement du cabinet (généralement fixée sous forme d'un pourcentage prévu au contrat).Pour éviter toute contestation ultérieure, il semble préférable d'inclure dans le contrat de remplacement que l'infirmière remplacée s'engage à produire des documents comptables afin de justifier du montant de cette participation aux frais du cabinet.

Au terme du contrat, la remplaçante peut contracter avec un autre cabinet infirmier de la même commune.

La seule restriction à la liberté d'installation est mentionnée à l'alinéa 2 de l'article R. 4312-47, et qui prévoit que :

"Un infirmier ou une infirmière qui a remplacé un autre infirmier ou une autre infirmière pendant une période totale supérieure à trois mois ne doit pas, pendant une période de deux ans, s'installer dans un cabinet où il pourrait entrer en concurrence directe avec l'infirmier ou l'infirmière remplacé, et éventuellement avec les infirmiers ou les infirmières exerçant en association avec celui-ci, à moins que le contrat de remplacement n'en dispose autrement."

Après un remplacement sans contrat, une infirmière peut-elle s’installer dans le même secteur que la consœur remplacée voire s’associer ?

En l’absence de contrat de remplacement, il convient de se référer à l’article R. 4312-47 du CSP aux termes duquel :

"un infirmier ou une infirmière qui a remplacé un autre infirmier ou une autre infirmière pendant une période totale supérieure à trois mois ne doit pas, pendant une période de deux ans, s’installer dans un cabinet où il pourrait entrer en concurrence directe avec l’infirmier ou l’infirmière remplacé, et éventuellement avec les infirmiers ou les infirmières exerçant en association avec celui-ci."

 

Une infirmière libérale effectuant des remplacements peut-elle seulement disposer d’une boîte aux lettres ou est-elle obligée d’avoir un cabinet ?

L’article R.4312-46 du CSP énonce :

"L’infirmier ou l’infirmière remplaçant qui n’a pas de lieu de résidence professionnelle exerce au lieu d’exercice professionnel de l’infirmier ou de l’infirmière remplacé et sous sa propre responsabilité.

L’infirmier ou l’infirmière d’exercice libéral remplaçant peut, si l’infirmier ou l’infirmière remplacé en est d’accord, recevoir les patients dans son propre cabinet."

Or, la résidence professionnelle est définie et encadrée à l’article R.4312-33 du même code qui dispose :

"L’infirmier ou l’infirmière doit disposer, au lieu de son exercice professionnel, d’une installation adaptée et de moyens suffisants pour assurer l’accueil, la bonne exécution des soins et la sécurité des patients".

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Les solutions MACSF
RCP-PJ Libéraux

Indispensable pour vous défendre en cas de mise en cause par un patient, le contrat RCP-PJ facilite le règlement de vos litiges d'ordre privé ou professionnel.

Prévoyance des libéraux

Complétez les prestations insuffisantes de votre régime obligatoire en cas d'arrêt de travail, invalidité ou décès.

À lire aussi

infirmier, infirmière, responsabilité civile professionnelle

Dossier : Responsabilité civile professionnelle de l'infirmier

Tout savoir sur votre responsabilité civile professionnelle : compétences de l'infirmier/infirmière, actes de soins autorisés, obligation d'assurance RCP, relation au patient, nouveau code...

La communauté MACSF

Un forum avec plus de 500 000 professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×