Crédit immobilier : les taux poursuivent leur (petite) remontée

Le 09.05.2017 par ETIENNE GOETZ

logo les échos

envoyer un email envoyer un email

Le taux moyen du crédit immobilier s'est établi à 1,55 % en moyenne en avril, contre 1,51% un mois plus tôt.

Cinq mois consécutifs de hausse. Les taux du crédit immobilier continuent de remonter , mais à un rythme plus ralenti. Selon les données de L'Observatoire Crédit Logement / CSA publiées ce mardi, ils se sont établis en moyenne (hors assurance) à 1,55% pour le mois d'avril, en légère hausse par rapport à mars oùils avaient atteint 1,51% .

Ce mouvement amorcé en décembre dernier touche l'ensemble du marché de manière équivalente. La hausse des taux « se produit à un rythme comparable sur toutes les catégories de prêts. Les durées les plus longues ne sont donc pas plus affectées que les autres », souligne l'Observatoire, avant d'ajouter que « les ménages jeunes ou les plus modestes ne sont donc pas les plus impactés par la remontée des taux que les autres ».

Stabilisation voire baisse des taux à venir

En outre, la hausse montre des signes de ralentissement. « Le plus fort de la hausse s'est [...] constaté en février, alors que depuis mars les augmentations restent de faible ampleur », explique l'Observatoire. Le courtier Vousfinancer.com anticipe une stabilisation, voire des baisses éparses dans les mois à venir: « Début mai, sous l'effet notamment de la détente des taux d'emprunt d'Etat, les taux sont restés globalement stables et cinq banques ont même baissé leurs taux de 0,10 % », détaille le courtier dans un communiqué publié ce mardi.

Lire aussi :

>Baromètre du crédit immobilier : et si les taux se stabilisaient?

Certes, « le paysage [est] dominé par la hausse rapide des prix de l'immobilier », avec une « demande [qui] commence à présenter des signes de faiblesse », selon l'Observatoire. Mais le faible coût du crédit permet de maintenir le pouvoir d'achat des Français dans l'acquisition d'un logement, selon Vousfinancer.com.

Le pouvoir d'achat, entre dégradation et stabilisation

« Alors que les notaires prévoient des prix record à Paris en juin à 8.700 euros par mètre carré, l'impact de cette hausse des prix reste compensé par le niveau des taux avec un pouvoir d'achat quasi-stable par rapport à 2010 au moment où les prix à Paris étaient aux environs de 7.000 euros par mètre carré », détaille Vousfinancer.com

Selon Meilleurtaux.com, le pouvoir d'achat en avril a néanmoins baissé entre mars et avril dans la moitié des grandes villes de France, comme à Saint-Etienne, Angers, Reims, Rennes, Lille, Strasbourg ou Bordeaux. Dans les autres, le pouvoir d'achat reste stable selon le palmarès du courtier.

L'élection de Macron réduit la pression sur les taux

La remontée des taux depuis décembre 2016 est en partie liée à l'élection de Donald Trump aux Etats-Unis et aux incertitudes politiques à l'approche de l'élection présidentielle française . Les taux des emprunts d'Etat français à 10 ans, servant de ressources aux banques pour le crédit immobilier, sont passés de 0,4% environ fin octobre à plus de 1,1% en février. Actuellement, ils tournent autour de 0,9%.

Avec l'élection d'Emmanuel Macron, les investisseurs ont été rassurés , et les emprunts d'Etat ont connu une forte détente. Cette dernière pourrait néanmoins pâtir de la prochaine échéance politique française : « Dans les prochaines semaines, l'évolution des taux d'emprunt d'Etat pourrait dépendre du résultat des élections législatives et de la possibilité pour Emmanuel Macron d'obtenir une majorité, afin de rassurer les investisseurs et agences de notation sur sa capacité à mener des réformes économiques ,» explique Jérôme Robin, président de Vousfinancer.com.

envoyer un email envoyer un email

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×