ALLEZ LES BLEUS !!!

Le 10.07.2018
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Sur les marchés financiers, la semaine a été marquée par un certain apaisement des tensions, aux Etats-Unis grâce à des données économiques bien orientées, et en Europe grâce à l’ouverture de négociations sur la taxation du secteur automobile.

Marchés financiers

 
Aux Etats-Unis, les marchés financiers ont été soutenus par les dernières statistiques qui montrent que l’économie continue à croître. L’activité a été plus forte que prévue en juin à la fois dans l’industrie et les services, et s’affiche en nette progression. Selon les données du mois de juin, la dynamique de l’emploi également est toujours positive, avec des créations de postes supérieures aux attentes et un taux de chômage qui se maintient à un faible niveau à 4% de la population active. L’accélération de la hausse des salaires, puis de l’inflation, devrait donc finir par se matérialiser. 
Tous ces éléments devraient permettre à la Fed de poursuivre sa stratégie de resserrement monétaire avec deux hausses de taux prévues d’ici la fin de l’année. Toutefois, l’institution a mentionné pour la première fois dans ses minutes que le protectionnisme constituait le principal facteur de risque par rapport à ses anticipations. 

Sur ce point justement, les mesures à l’encontre de la Chine sont entrées en vigueur cette semaine avec des taxes de l’ordre de 25% appliquées à 34 milliards de dollars d’importations chinoises. Pékin a répliqué par la mise en place de mesures similaires sur des produits agricoles et automobiles en provenance des Etats-Unis. De surcroît, les américains réfléchissent à accentuer les sanctions vis-à-vis de la Chine en taxant 16 milliards de dollars de biens supplémentaires d’ici deux semaines, et envisagent à terme des taxes portant sur un montant total de 500 milliards de dollars.

Au contraire, en Europe, l’heure est à l’apaisement des tensions commerciales avec les Etats-Unis. En effet, l’administration Trump s’est dite ouverte à la négociation. Les Etats-Unis semblent prêts à renoncer à une taxation supplémentaire de l’automobile si les européens consentent à diminuer leurs propres taxes pour les importations de véhicules américains. La menace qui pèse sur le secteur pourrait donc s’atténuer.
En Allemagne, Angela Merkel a finalement réussi à réunifier la coalition gouvernementale au bord de l’explosion en raison de désaccord sur la gestion des migrants. C’est un facteur de risque politique qui s’éloigne pour la zone euro.

Sur le front monétaire, certains officiels de la BCE ont avancé que la première hausse des taux directeurs pourrait avoir lieu à l’automne 2019. C’est la première fois qu’une date est avancée, ce qui a entraîné un renforcement de l’euro. Dans le même temps, le chef économiste de la BCE a réaffirmé sa confiance dans la vigueur de l’économie européenne, malgré les tensions protectionnistes et le léger ralentissement enregistré ces dernières semaines. En Europe aussi, la volonté de durcir la politique monétaire reste intacte pour le moment, et la bonne tenue de rendements obligataires est un facteur encourageant supplémentaire.
 

Valeurs

 
Dans ce contexte, le CAC 40 regagne 0,98% sur la semaine et clôture à 5 375,77 points. Depuis le début de l’année, l’indice parisien affiche une performance positive de 1,19%.

Sanofi s’adjuge 5,61% suite aux recommandations positives de la part d’analystes. Peugeot (+5,57%) profite de l’espoir de règlement amiable du différend entre américains et européens sur la taxation des véhicules importés aux Etats-Unis. Sodexo progresse de 5,07% après avoir confirmé ses prévisions annuelles de chiffre d’affaires. En bas du palmarès hebdomadaire, TechnipFMC cède 5,45% suite au repli des cours du pétrole. Globalement, les valeurs exportatrices ont plus souffert du contexte actuel : L’Oréal recule ainsi de 2,70%, Schneider Electric se replie de 2,63%, et Airbus baisse de 1,76%.
 

Marché des changes

 
Sur le marché des changes, la monnaie unique termine en hausse à 1,1746 dollar pour un euro. Sur le marché obligataire, le rendement de l’emprunt d’Etat français à 10 ans reste orienté à la baisse à 0,64%.

Gérer mon épargne

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Découvrez les supports financiers MACSF
Gamme financière MACSF

Fonds en euros, SCPI, unités de compte... La gamme de supports financiers MACSF est diversifiée, complète et sélective.

À lire aussi

Le 12.11.2018 par Roger Caniard

La Minute financière du 12 novembre 2018

Le 06.11.2018

Octobre rouge

Le 05.11.2018 par Roger Caniard

La Minute financière du 5 novembre 2018

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×