Bon premier trimestre. Anglais : peut mieux faire

Le 04.04.2017
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Semaine du 25 au 31 mars 2017. Cette dernière semaine du premier trimestre 2017 aura été rythmée par des événements politiques : échec de la réforme de l’Obamacare par l’administration Trump, déclenchement de l’article 50 par les Britanniques, et approbation du Parlement écossais pour organiser un deuxième référendum sur leur indépendance.

Marchés financiers

La Maison Blanche a annoncé le retrait du projet de réforme de l’Obamacare, faute d’accord au sein même du parti Républicain. Ce premier échec laisse planer le doute sur la capacité de l’administration Trump à mettre en œuvre la totalité de ses réformes, notamment la réforme de la fiscalité. Les marges de manœuvre apparaissent désormais limitées pour une réforme fiscale de grande ampleur.
Les marchés américains se seront cependant vite remis de l’échec de l’Obamacare en enregistrant une nouvelle semaine de hausse. Les bons chiffres macroéconomiques ont été les principaux moteurs de cette progression. La confiance des consommateurs a atteint, en mars, son niveau le plus élevé depuis décembre 2000. Le PIB du quatrième trimestre 2016 a été révisé à la hausse à 2,1% contre 1,9% lors de la précédente estimation. Le rebond du cours du baril de pétrole qui est passé de 48 $ à 50 $ a aussi contribué à la bonne orientation des marchés.

De l’autre côté de l’Atlantique, la semaine a été historique. La première ministre Theresa May a déclenché l’article 50 du Traité de Lisbonne, ouvrant ainsi officiellement la période de deux ans de négociations entre Londres et Bruxelles. Cependant, les véritables discussions ne devraient probablement pas commencer avant mai, l’Union européenne devant avoir, au préalable, défini officiellement les directives de négociations. Le parlement écossais a approuvé, le 28 mars dernier, la demande du gouvernement d’organiser un nouveau référendum concernant leur indépendance, et ce avant même la sortie effective du Royaume-Uni de l’UE.
Après un début de semaine négatif, les marchés européens sont repartis à la hausse dans le sillage de la reprise des prix du pétrole. Le taux d’inflation, en zone euro, a été moins élevé que prévu. La remontée de l’inflation jusqu’à l’objectif de 2% de la BCE a été interrompue par le retrait de l’indice en mars en raison principalement d’effets de base liés au prix du pétrole.

Valeurs

Le CAC 40 termine la semaine à 5 122,51 points, au plus haut depuis le début de l’année, enregistrant une performance positive de 5,35% sur le trimestre. L’indice parisien a gagné 2,02% sur la semaine.
Vivendi surperforme l’indice avec un gain de 6,18% sur la semaine, porté par Canal+ qui aurait gagné près de 100 000 abonnés au premier trimestre. Engie gagne 5,56%, suite à un relèvement de recommandation de la part de JPMorgan. TechnipFMC s’adjuge 5,30%, suivi de Veolia qui prend 4,59% et de Valeo qui grimpe de 4,07%. En bas du palmarès hebdomadaire, Unibail-Rodmaco cède 1,62%. ArcelorMittal affiche une performance hebdomadaire négative limitée à -1,26% grâce à la remontée des cours du pétrole.

Marché des changes

Sur le marché des changes, le billet vert est reparti à la hausse face à la monnaie unique et termine à 1,0652 dollar pour un euro. Sur le marché obligataire, le rendement de l’emprunt d’Etat français à 10 ans est stable à 0,97%.

Décryptage de l'actualité financière

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 03.04.2017 par Roger Caniard

#AskRogerCaniard 3 avril 2017

Le 27.03.2017 par Roger Caniard

#AskRogerCaniard 27 mars 2017

Le 20.11.2017 par Roger Caniard

L'actu finance du 20 novembre 2017

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×