Carlos is ghosn !

Le 27.11.2018
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Semaine du 17 au 23 novembre 2018. Cette semaine a encore été difficile sur les marchés financiers, sur fond de craintes d’un ralentissement de l’économie mondiale, et avec toujours les mêmes incertitudes en Europe (Brexit, budget italien), et aux Etats-Unis (tensions commerciales, politique monétaire).

Marchés financiers

Concernant le Brexit, l’Union Européenne et le Royaume-Uni se sont mis d’accord sur les termes de la période de transition qui durera du 29 mars 2019 au 31 décembre 2020, se donnant ainsi deux années supplémentaires pour négocier les détails de la séparation. Cet accord doit encore être entériné par le parlement britannique mais la majorité sera difficile à trouver et la probabilité d’un rejet n’est pas négligeable.

Sur le dossier italien, la situation est quant à elle bloquée. La Commission européenne a rejeté le projet de budget italien pour 2019 et a donné deux semaines à l’Italie pour répondre, espérant un geste positif de la part de Rome. Elle préconise ainsi l’ouverture d’une procédure disciplinaire de dépassement des plafonds de déficit budgétaire et de dette publique. La poursuite de la confrontation entre l’Italie et la Commission Européenne pourrait ainsi accroître les incertitudes et la volatilité des marchés européens.

Aux Etats-Unis, hormis Thanksgiving, la semaine a été marquée par deux évènements. D’une part, les taux obligataires se sont inscrits en recul pour la deuxième semaine consécutive, avec un taux à 10 ans désormais autour de 3,05% alors qu’il évoluait vers les 3,20% début novembre. C’est le reflet d’un ajustement à la baisse des prévisions de croissance mondiale et américaine qui pourrait empêcher la Fed de remonter autant que prévu ses taux directeurs en 2019. Autre élément notable, les principaux indices boursiers ont enregistré de nets replis cette semaine, faisant plonger leurs performances annuelles en territoire négatif. Enfin, sur le front commercial, aucun pas décisif ne semble avoir été fait entre la Chine et les Etats-Unis en attendant la rencontre entre Donald Trump et son homologue chinois en marge du G20 le week-end prochain.

Cette semaine, les publications macroéconomiques européennes mais également américaines (publication des PMI, indicateur d’achat du mois de novembre) ont confirmé un ralentissement de l’activité du secteur privé tant en Europe qu’aux Etats-Unis. De son côté, pour la deuxième fois en deux mois, l’OCDE a révisé à la baisse ses prévisions de croissance mondiale pour 2019 à 3,5% (contre 3,9%), sous l’effet conjoint des tensions commerciales et du resserrement monétaire.

Ces anticipations de ralentissement de la croissance mondiale se reflètent également dans l’évolution du prix du pétrole. Cette semaine, le baril s’est replié de plus de 10% pour finir proche des 50 dollars pour le Brent et 60 dollars pour le WTI.

Valeurs

Dans ce contexte, le CAC 40 perd -1,56% sur la semaine, terminant à 4 946,95 points. L’indice parisien affiche désormais une performance de -6.88% depuis le début de l’année.
Valeo, qui présente la pire performance annuelle à -58%, bénéficie de rachats à bon compte et s’octroie 6,78% sur la semaine. D’autres valeurs très décotées ont vu revenir les investisseurs à l’image de Michelin (+3,03%) et STMicroelectronics (+1,93%). En bas du palmarès hebdomadaire, ArcelorMittal chute de 8,38% dans le sillage de la baisse des matières premières. Emporté par le repli des valeurs technologiques aux Etats-Unis, Dassault Systèmes cède 6,89%. EssilorLuxottica recule de 6,88% après des commentaires négatifs de la part d’analystes. Renault corrige de 6,28% suite à l’emprisonnement au Japon de son PDG Carlos Ghosn.

Marché des changes

Sur le marché des changes, le billet vert est revenu à 1,1337 dollar pour un euro. Sur le marché obligataire, le rendement de l’emprunt d’Etat français à 10 ans est en baisse à 0,72%.

Gérer mon épargne

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Découvrez les supports financiers MACSF
Gamme financière MACSF

Fonds en euros, SCPI, unités de compte... La gamme de supports financiers MACSF est diversifiée, complète et sélective.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×