Carrefour fait les courses en tête

Le 30.01.2018
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Cette semaine, en dépit d’une actualité chargée, la tendance sur les marchés est restée identique à la semaine passée: les Etats-Unis sont toujours orientés à la hausse alors que la zone euro piétine, pénalisée par un euro qui ne cesse de grimper face au dollar.

Marchés financiers

Dans un contexte de forte hausse de la monnaie unique, le rendez-vous très attendu de ce début d’année était la réunion de la BCE. Sans surprise, aucune modification n’a été apportée à la politique monétaire actuelle, ni sur le niveau des taux directeurs, ni sur le montant ou la durée du programme de rachats d’actifs. En revanche, les investisseurs attendaient une prise de position ferme par rapport à l’évolution de l’euro qui aurait été susceptible d’enrayer l’envolée de la monnaie unique. Mario Draghi n’a pas su répondre à ces attentes, et l’euro comme les taux obligataires européens ont poursuivi leur mouvement haussier. La veille, aux Etats-Unis, le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin, s’était pour sa part réjouit de la faiblesse du dollar et de son impact positif sur le commerce américain, une position inédite de la part d’un pays qui favorise habituellement une devise forte. Le président Trump est d’ailleurs intervenu lui-même pour nuancer les propos de S.Mnuchin et défendre les vertus d’une dollar fort. Las, le mal était fait, le billet vert est descendu en séance jusqu’à plus de 1,25 dollar pour un euro avant de finir la semaine à un niveau plus élevé.

Dans le même temps, les indicateurs ont continué à refléter une économie au beau fixe. Ainsi en janvier, la croissance de l’activité en zone euro a accéléré plus qu’anticipé et campe sur des plus hauts depuis juin 2006. En Angleterre, la croissance a aussi surpris positivement avec une progression du PIB pour le quatrième trimestre 2017 estimée à +0,5%. Sur l’ensemble de l’année 2017, la croissance britannique aurait ainsi atteint 1,8%, à peine en dessous de celle de 2016 (1,9%), signe que l’économie résiste pour l’instant au choc post referendum.
Du côté des Etats-Unis, les chiffres ont été plus mitigés, sans remettre en cause la hausse des indices actions. Au dernier trimestre, l’économie aurait progressé de 2,6% selon les premières estimations, soit une croissance toujours solide, mais inférieure aux anticipations et à celles des trimestres précédents (3,2% au troisième trimestre et 3,1% au deuxième). Sur l’année 2017, la croissance américaine s’élèverait à 2,3%. 

Valeurs

Dans ce contexte, le CAC 40 termine la semaine quasi stable à 5 529,15 points (+0,05%). Depuis le début de l’année, l’indice parisien affiche une performance positive de 4,08%.

Pour la deuxième semaine consécutive, Carrefour se trouve en tête du palmarès avec une hausse de 5,66%. Le nouveau plan stratégique présenté par le distributeur semble avoir pour l’instant convaincu les investisseurs et les analystes. LVMH gagne 4,54% après avoir présenté des résultats 2017 records avec plus de 42 milliards de chiffre d’affaires et plus de 5 milliards d’euros de bénéfice net. Le secteur bancaire profite des anticipations de remontée de taux d’intérêt avec Société Générale qui s’adjuge 3,02%, BNP Paribas qui progresse de 1,99% et Crédit Agricole en hausse de 1,41%.
STMicroelectronics termine en bas du palmarès hebdomadaire avec une baisse de 6,68%. Malgré des résultats nettement supérieurs aux attentes, le producteur de semi-conducteurs a fait les frais de la vigueur de l’euro, ainsi que du mauvais accueil réservé aux Etats-Unis aux résultats de son concurrent Texas Instruments. Sodexo cède 3,97% alors qu’un nouveau directeur général a pris la tête du groupe. Publicis recule de 3,82% après des commentaires négatifs d’analystes.

Marché des changes

Sur le marché des changes, le billet vert termine la semaine en net repli face à la monnaie unique à 1,2427 dollar pour un euro. Sur le marché obligataire, le rendement de l’emprunt d’Etat français à 10 ans est en hausse à 0,91%.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×