Chine – US : 1 - 1

Le 27.06.2018
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Cette semaine, les marchés financiers ont dû faire face, à nouveau, à des tensions protectionnistes et politiques.

Marchés financiers

 

Une étude du bureau d’analyse de la politique économique néerlandais explique que les représailles bilatérales américaines et chinoises imposées mi-juin commencent à être significatives, portant les hausses de tarifs à 2,2% pour les importations américaines en provenance de Chine et à 9,3% pour les importations chinoises en provenance des Etats-Unis. Cet état des relations commerciales aurait, pour l’instant, un impact encore limité sur les économies américaine (-0,3pt de PIB sur 12 ans) ou chinoise (-1,2% de PIB sur 12 ans), confortant ainsi les estimations réalisées par le FMI.

Le conflit commercial atteint désormais l’automobile, un secteur du commerce mondial aussi important que l’acier, puisqu’il représente un peu plus de 8% des échanges mondiaux de biens en valeur. Donald Trump menace de relever les droits de douane sur les importations d’automobiles européennes. De son côté, la Chine s’apprête à réduire les droits de douane sur les importations automobiles mondiales mais de les relever sur les voitures américaines. Aujourd’hui, les automobiles utilisées en Chine sont largement produites sur place. Les principaux pays exportateurs vers la Chine sont l’Allemagne (2,3% de la consommation chinoise), le Japon (1,1%), les Etats-Unis (0,7%), le Royaume Uni (0,5%) et la Corée du Sud (0,4%). La modification comme annoncée, des tarifs douaniers chinois sur l’automobile, impliquerait une baisse significative de la part de marché américaine.

Les tensions commerciales commencent, aussi, à inquiéter les banques centrales et pourraient les conduire à ajuster leur sortie de politique monétaire accommodante. Le 20 juin à Sintra, Jerome Powell (gouverneur de la Fed) s’est pour la première fois exprimé à ce sujet et a pointé comme les gouverneurs de la Banque du Japon et de la BCE les risques que fait peser le protectionnisme sur les perspectives économiques. La Banque d’Angleterre (BoE) et la Banque Nationale de Suisse (BNS) ont aussi évoqué ces risques lors de leur réunion du 21 juin. La BoE a maintenu le statu quo de sa politique monétaire avec un rebond de la croissance qui sera plus faible qu’escompté au cours des prochains mois du fait notamment des inquiétudes sur le Brexit et sur le commerce mondial. En Suisse, la banque centrale a réaffirmé sa volonté de rester durablement présente afin de lutter contre une devise jugée élevée et des perspectives d’inflation revues à la baisse pour 2019 à +1,6% contre +1,9%.

 

Valeurs

 
Dans ce contexte, le CAC 40 perd -2,08% sur la semaine pour revenir à 5 387,38 points. Depuis le début de l’année, l’indice parisien affiche une performance de +1,41%.

Seulement cinq titres terminent en hausse cette semaine dont Technip qui finit à +5,98%. Suite à la publication de meilleurs chiffres dans les investissements publicitaires pour 2018, Publicis s’adjuge +2,54%. L’action Sodexo poursuit son parcours à la hausse à +0,55% après des évolutions dans la composition de son Conseil d’Administration. Du coté des valeurs en baisse, le titre STMicroelectronics souffre du risque de conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine et finit la semaine à -10,24%. L’action Renault baisse fortement à -8,54% après que Daimler ait annoncé une baisse de son bénéfice 2018, victime aussi de la bataille commerciale. En pleine polémique sur les indemnités de départ de l’ex PDG de Carrefour, le titre finit la semaine à -6,00%.
 

Marché des changes

 

Sur le marché des changes, la monnaie unique s’établit à 1,1651 dollar pour un euro. Sur le marché obligataire, le rendement de l’emprunt d’Etat français à 10 ans stagne à 0,71%.

Gérer mon épargne

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Découvrez les supports financiers MACSF
Gamme financière MACSF

Fonds en euros, SCPI, unités de compte... La gamme de supports financiers MACSF est diversifiée, complète et sélective.

À lire aussi

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×