Con te partiro...

Le 29.05.2018
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

La semaine a été marquée par un changement de tendance avec le repli des marchés actions européens et des prix du pétrole, et la progression des marchés actions américains. En revanche, le dollar reste orienté à la hausse par rapport à l’euro.

Marchés financiers

 
En Europe, les indicateurs pour le mois de mai ont montré un ralentissement de l’activité, et ce pour la quatrième fois d’affilée. Les investisseurs commencent à s’inquiéter de cette tendance qui fait craindre un affaiblissement prononcé de la croissance. Au travers de ses minutes, les interrogations de la BCE se font également sentir, puisque l’institution continue à privilégier la prudence, se donnant encore du temps pour juger du caractère temporaire du ralentissement européen avant de réduire son soutien à l’économie.

Les remous politiques européens ont également pesé sur la tendance. En Italie, la Ligua et le M5S se sont finalement entendus sur le nom d’un chef de gouvernement en la personne de Giuseppe Conte. A ce titre, il doit proposer un gouvernement au président de la république et appliquer le programme élaboré par la coalition. Si toute mention à un retrait de l’euro ou à un effacement d’une partie de la dette italienne a disparu de ce programme, la substantielle augmentation des dépenses publiques prévue pourrait rapidement amener à une confrontation de Rome avec l’Union européenne. Les agences de notation ont déjà régi en mettant sous surveillance la dette italienne.
Dans le même temps, en Espagne, Mariano Rajoy se retrouve également en situation difficile après les lourdes peines infligées à plusieurs cadres du Parti Populaire, ainsi qu’au parti lui-même, pour corruption. Dans ce contexte, la position du premier ministre, lui-même issu de ce parti, se trouve fragilisée. Une motion de censure à son encontre a été déposée par le Parti Socialiste, et le parti Ciudadanos réfléchirait à retirer son soutien au gouvernement.

Aux Etats-Unis, deux éléments ont permis aux marchés de passer outre les nouvelles tensions surgies entre l’administration Trump et la Chine d’une part, la Corée d’autre part, et enfin la réflexion du président concernant la mise en place de droits de douane pour le secteur automobile.
En premier lieu, les minutes de la Fed ont confirmé que l’institution se montrerait tolérante si l’inflation venait à dépasser l’objectif des 2% pendant quelque temps. Cela confirme qu’une quatrième hausse de taux dès cette année est loin d’être acquise. Enfin, l’économie américaine continue de bien se porter à en croire les derniers indicateurs qui montrent que l’activité a accéléré en mai pour le deuxième mois consécutif.

Les prix du pétrole ont nettement corrigé cette semaine alors que l’OPEP et la Russie songeraient à augmenter leur production pour compenser l’effondrement de la production vénézuélienne et la potentielle diminution de celle de l’Iran.
 

Valeurs

 

Dans ce contexte, le CAC 40 cède 1,28% sur la semaine pour retomber à 5 542,55 points. Depuis le début de l’année, l’indice parisien affiche désormais une performance de +4,33%.

Les valeurs défensives profitent du changement de tendance des marchés actions : Pernod Ricard gagne 4,75%, Danone progresse de 3,56% et Sodexo grimpe de 2,57%. Orange s’adjuge 3,79% alors que l’ARCEP (l’autorité de régulation du secteur) a déclaré qu’elle ne s’opposerait pas à une fusion au sein du secteur des télécoms qui compte aujourd’hui quatre acteurs : Orange, SFR, Free et Bouygues Telecom. Du coté des valeurs en baisse, les valeurs pétrolières reculent dans le sillage du prix de l’or noir : TechnipFMC plonge de 9,12% et Total cède 6,28%. La semaine a été mauvaise pour Renault (-5,85%). Le constructeur automobile a chuté après que son PDG a annoncé qu’il n’y aurait pas, à court terme, de fusion avec Nissan. Peu après, l’allusion de Donald Trump à l’instauration de droits de douane pour l’automobile a accentué le recul du secteur.
 

Marché des changes

 
Sur le marché des changes, la monnaie unique continue de s’affaiblir face au billet vert à 1,1651 dollar pour un euro. Sur le marché obligataire, le rendement de l’emprunt d’Etat français à 10 ans est en nette baisse à 0,71%.
 

Gérer mon épargne

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Découvrez les supports financiers MACSF
Gamme financière MACSF

Fonds en euros, SCPI, unités de compte... La gamme de supports financiers MACSF est diversifiée, complète et sélective.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×