Contagion des doutes

Le 04.02.2020
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
actualité financière

Une semaine caractérisée par le retour de l’aversion au risque avec les nouvelles liées au Coronavirus.

Marchés financiers

Le Coronavirus continue de s’étendre en Chine et les investisseurs s’interrogent sur les conséquences de ce virus sur la croissance mondiale. La propagation du virus entraine une diminution de l’activité économique, qui se traduit par des pressions baissières sur la croissance chinoise et mondiale. L’Organisation mondiale de la santé a déclaré cette semaine l’état d’urgence internationale, en signalant cependant que la Chine avait la capacité d’enrayer l’épidémie. La banque centrale chinoise a notamment annoncé qu’elle injecterait envions 156 milliards d’euros de liquidités dans l’économie, pour faire face à l’épidémie. Les marchés les plus impactés sont les marchés asiatiques et les marchés européens, les plus dépendants du commerce extérieur (luxe, technologie, compagnies aériennes, matières premières et pétrole). Le pétrole a en effet continué sa baisse passant de 68 dollars/baril début janvier, à 56 dollars/baril début février, enregistrant une chute de près de 18%. L’impact sur les marchés obligataires s’est pour l’instant concentré sur les obligations d’Etat qui ont servi de valeur refuge. Le taux 10 ans allemand s’est replié à -0,43%.

Du côté géopolitique, le Royaume-Uni a officiellement quitté l’Union Européenne le 31 janvier. Les relations commerciales avec l’UE doivent cependant être renégociées et finalisées d’ici la fin de l’année.

Les chiffres macroéconomiques de la semaine ont déçu en Europe, alors même que le Coronavirus n’impactait pas l’activité. Le PIB global de la zone euro a quasiment stagné (avec une chute notable de -0,2% pour l’Italie) et enregistre +1% sur un an. En France, le PIB a baissé de 0,1% au quatrième trimestre, après +0,3% au troisième trimestre. En Allemagne, la confiance des industriels (indice IFO) a marqué une pause. De l’autre côté de l’Atlantique, la confiance des consommateurs américains s’est légèrement redressée et s’est avérée meilleure que prévue. Concernant la politique monétaire américaine, sans surprises, la Fed a laissé ses taux inchangés et a conservé un ton accommodant.

Valeurs

Dans ce contexte, le CAC 40 accuse un repli hebdomadaire de 3,62% à 5 806,34 points. Depuis le début de l’année, l’indice perd 2,87%.
Les valeurs défensives ont logiquement bien performé cette semaine. Seules trois valeurs de l’indice enregistrent une performance positive : Thales (0,53%), Air Liquide (0,11%) et Carrefour (0,10%). A l’inverse, les valeurs cycliques, luxe et énergie ont été les plus pénalisées. TechnipFMC et Total perdent respectivement 12,29% et 6,84%. L’Oréal, LVMH et Hermès abandonnent 6,88%, 5,04% et 4,84% sur la semaine.

Marché des changes

Sur le marché des changes, le billet vert a baissé cette semaine face à l’euro, et termine à 1,1093 dollar pour un euro. Le rendement de l’Etat français à 10 ans a continué sa baisse, terminant la semaine à -0,18%.

Gérer mon épargne

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Les solutions MACSF
Gamme financière MACSF

Fonds en euros, SCPI, unités de compte... La gamme de supports financiers MACSF est diversifiée, complète et sélective.

Assurance vie

Le RES Multisupport vous permet d'investir sur une gamme de supports en euros et/ou en unités de compte simple, complète et performante.

La communauté MACSF

Un forum avec plus de 500 000 professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×