Deuxième vague... de baisse

Le 18.05.2020 par L'équipe financière MACSF
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Les marchés actions ont clôturé en recul cette semaine, dans un contexte de regain d’aversion au risque, impactés par la crainte d’une deuxième vague d’épidémie, les tensions commerciales, et la faiblesse de la reprise économique post confinement. Cette baisse a été quasiment effacée ce lundi (le CAC 40 bondit de plus de 5%), portée principalement par des données positives sur un vaccin développé par Moderna.

De nouveaux foyers de contamination et des tensions commerciales entre Pékin et Washington 

Les craintes sur une éventuelle seconde vague commencent à apparaître. L’apparition de nouveaux foyers de contamination en Asie (Séoul et Wuhan), mais également en Allemagne et en France, a incité à une certaine prudence. La ville de Wuhan s’est d’ailleurs donné 10 jours pour tester l’intégralité de sa population (11 millions de personnes). Les autorités sanitaires mondiales préconisent le maintien d’une distanciation très forte, avertissant sur l’impossibilité de développer un vaccin avant début le 2021.

Les rapports sino-américains se tendent de nouveau cette semaine. D’une part, l'administration américaine a affirmé à de multiples reprises disposer de preuves selon lesquelles le virus proviendrait d'un laboratoire de la ville de Wuhan. D’autre part, Donald Trump revient sur les accords commerciaux, et a d’ailleurs demandé au principal fonds de pension fédéral américain de ne plus investir dans les entreprises chinoises.

Concernant les données économiques, les ventes de détail aux Etats-Unis se sont effondrées de -16,4% en avril, alors que près de 70% de la croissance américaine repose sur le dynamisme de la consommation intérieure. En zone euro, le PIB recule de 3,8% au premier trimestre 2020, l’économie allemande est en retrait de 2,2% sur la même période.

Intervention des autorités monétaires, appel au soutien budgétaire

Dans ce contexte, Jérôme Powell, le patron de la Réserve fédérale, a fait état de l’impact durable de la pandémie sur la croissance américaine, en estimant que le retour de l’économie à son niveau pré-crise ne se ferait, sans doute, pas avant fin 2021. Il justifie, ainsi, la mise en place de plans d'aides d'urgence pour éviter une profonde récession, tout en excluant clairement le recours à des taux d’intérêts négatifs. Le Congrès américain a voté, ce weekend, un nouveau plan de soutien à 3 000 milliards de dollars, plan qui a cependant peu de chance d’être validé par les Républicains.

En Chine, la banque centrale a indiqué qu’elle soutiendra l’activité par la baisse des taux, par des prêts aux entreprises et par des prises de participation. En Inde, le premier ministre a également annoncé un ensemble de mesures visant à stimuler l’économie, équivalant à 10% du PIB indien, pour les petites et moyennes entreprises.

Hausse des prix du pétrole

Les prix du pétrole sont repartis à la hausse cette semaine, pour atteindre environ 30 dollars le baril, un plus haut niveau depuis un mois. Ces prix sont soutenus par le redémarrage des économies et principalement par la diminution de la production des membres de l’OPEP. L’Arabie Saoudite continue de baisser drastiquement sa production. Le niveau des stocks arrête de progresser également, diminuant la pression à la baisse sur les prix.

CAC 40 en fort repli

Dans ce contexte, le CAC 40 termine la semaine à -5,98% à 4 277 points, sa plus forte baisse hebdomadaire depuis mi-mars. Depuis le début de l’année, l’indice parisien perd 28,50%. Aucune valeur du CAC 40 n’a terminé la semaine dans le vert. Renault perd seulement 0,27%. Sanofi (-2,62%) est soutenu par des résultats positifs sur ces dernières études. En bas de tableau, ArcelorMittal, qui réalise une importante augmentation de capital, signe la plus mauvaise performance avec -23,13%, suivi par Peugeot qui perd 14,23% sanctionné par son annonce de non distribution de dividendes au titre de l’exercice 2019.

Marchés des changes et des taux

Le dollar termine la semaine à 1,0820 dollar pour un euro. Le rendement de l’Etat français à 10 ans est légèrement négatif à -0,02%.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Les solutions MACSF
Gamme financière MACSF

Fonds en euros, unités de compte... La gamme de supports financiers MACSF est diversifiée, complète et sélective.

Assurance vie

Le RES Multisupport vous permet d'investir sur une gamme de supports en euros et/ou en unités de compte simple, complète et performante.

La communauté MACSF

Un forum avec plus de 500 000 professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×