En plein dans le mille !

Le 20.03.2018
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Malgré un contexte économique favorable, les marchés financiers restent nerveux en raison d’une actualité politique tendue, notamment aux Etats-Unis.

Marchés financiers

La conjoncture économique mondiale continue d’évoluer favorablement. C’est ce qu’a confirmé l’Organisation de Coopération et de Développement Economiques lors de l’actualisation de ses prévisions. Après les 3,7% de croissance atteint en 2017, l’OCDE anticipe une progression du PIB mondial de 3,9% en 2018 et 2019, au plus haut depuis 2011. L’ajustement à la hausse de ces chiffres résulte de la prise en compte de l’impact positif de la réforme fiscale américaine et de l’assouplissement budgétaire prévu dans l’accord de coalition en Allemagne. Aux Etats-Unis, la croissance est attendue à 2,9% en 2018 et 2,8% en 2017. Dans la zone euro, elle devrait atteindre 2,3% cette année puis ralentir à 2,1%. En France, les réformes entreprises sous la présidence d’Emmanuel Macron devraient permettre au PIB de progresser de 2,2% en 2018 avant de ralentir à 1,9% en 2019.

Aux Etats-Unis, les craintes de tensions commerciales se sont accrues cette semaine après les changements apportés dans l’entourage du président Trump. Au poste de secrétaire d’Etat aux affaires étrangères, le remplacement de Rex Tillerson par Mike Pompeo, connu pour sa ligne dure dans la défense des intérêts américains, a inquiété les investisseurs. Effectivement, Donald Trump s’est attaqué directement à la Chine au cours de la semaine, affichant l’objectif de réduire de près de 100 milliards de dollars par an le déficit commercial américain vis-à-vis de Pékin. Il envisage pour ce faire toute une série de mesures, parmi lesquelles une hausse des tarifs douaniers, des restrictions de visa pour les étudiants, les cadres ou les chercheurs chinois, ou encore des règles relatives aux investissements chinois aux Etats-Unis.
Les 20 et 21 mars aura lieu la réunion de politique monétaire de la Fed, qui est très attendue par les investisseurs. Les analystes anticipent l’annonce à cette occasion d’une remontée des taux directeurs de 0,25% à 1,75%, soit une hausse de 1,50% depuis le début du resserrement des taux initié en décembre 2015.

 

Valeurs

Dans ce contexte, le CAC 40 résiste et affiche un bilan hebdomadaire légèrement positif de 0,16% à 5 282,75 points. Depuis le début de l’année, l’indice parisien est en repli de 0,56%.
Total grimpe de 2,84% cette semaine. Engie s’adjuge 2,77% dans le sillage de la restructuration du secteur énergétique en Allemagne, concrétisée par l’annonce d’un échange d’actifs entre les deux principaux acteurs du pays, E.ON et RWE. Bouygues enregistre la troisième meilleure performance de la semaine avec un gain de 2,36%. Vivendi progresse de 2,12% suite aux échanges avec le fonds activiste Elliott au sujet de Telecom Italia dont le groupe français est le premier actionnaire. Du coté des valeurs en baisse, TechnipFMC cède 3,63% sur la semaine. Carrefour recule de 2,95% sur fond d’intensification de la concurrence dans le secteur de la grande distribution. Sodexo cède 2,61% après les commentaires négatifs d’analystes.

 

Marché des changes

Sur le marché des changes, le billet vert termine quasiment stable face à la monnaie unique à 1,2290 dollar pour un euro. Sur le marché obligataire, le rendement de l’emprunt d’Etat français à 10 ans est en baisse à 0,82% suite aux commentaires rassurants de Mario Draghi sur le maintien de la politique monétaire européenne.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×