Essilor : une fusion bien vue

Le 24.01.2017
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Semaine du 14 au 20 janvier 2017. Après six semaines consécutives de hausse, les marchés financiers ont opté pour la prudence.

Marchés financiers

Alors que les publications de résultats des entreprises commencent à peine, les principaux points d’attention ont été politiques : première réunion de la BCE et stratégie britannique pour le Brexit en Europe, investiture de Donald Trump aux Etats-Unis.
Sans surprise, le premier conseil de l’année des gouverneurs de la BCE a débouché sur un statu quo. La politique monétaire qui avait été modifiée en décembre avec le prolongement du programme de rachat d’actifs a été maintenue. Concernant la récente hausse de l’inflation, M. Draghi a expliqué qu’à ce stade, elle paraissait insuffisante pour envisager un changement.
En Angleterre, Theresa May a défini clairement le positionnement du gouvernement dans les négociations futures concernant le Brexit, mettant fin à bon nombre de spéculations. Elle a choisi de donner la priorité au contrôle de l’immigration aux dépens de l’appartenance au marché unique, soit le choix d’un « hard » brexit. Le recul des marchés financiers a pourtant été mesuré, les investisseurs semblant se concentrer sur les aspects plus positifs de son discours, à savoir la volonté d’une sortie progressive et le choix de soumettre l’accord définitif au vote du parlement britannique. Après l’intervention de Theresa May, la prochaine étape est entre les mains de la Cour suprême qui doit décider si l’activation de l’article 50 du Traité de Lisbonne nécessite l’aval du parlement. Elle devrait rendre son verdict d’ici quelques jours.
Aux Etats-Unis, l’attentisme a prévalu lors des derniers jours précédant les débuts de Donald Trump à la Maison Blanche. Alors que les indices américains ont nettement grimpé depuis son élection, les investisseurs attendent désormais de connaître ses premières décisions et de savoir s’ils ont eu raison de croire les promesses du candidat.

Valeurs

Dans ce contexte, le CAC 40 termine la semaine en baisse de 1,46% à 4 850,67 points. Depuis le début de l’année, l’indice parisien affiche une performance négative de 0,24%.
A contre-courant, Essilor s’envole de 7,98%, dopé par l’annonce de sa fusion avec Luxottica, le fabricant de montures italien. Le futur groupe pèsera près de 50 milliards d’euros de capitalisation boursière pour environ 15 milliards de chiffres d’affaires. Carrefour grimpe de 4,82% sur des rumeurs autour de la succession de son PDG Georges Plassat. Renault gagne 2,64% après avoir annoncé une hausse de 13,3% de ses immatriculations en 2016. En bas du classement hebdomadaire, Lafarge recule de 5,95%, pénalisé par des commentaires négatifs de la part d’analystes. Même cause, même conséquence pour Axa qui perd 5,11%. Safran qui a lancé une OPA amicale sur Zodiac cède 4,73%.

Marché des changes

Sur le marché des changes, le billet vert termine la semaine en baisse par rapport à la monnaie unique à 1,0703 dollar pour un euro. Sur le marché obligataire, le rendement de l’emprunt d’Etat français à 10 ans est en hausse à 0,91%.

Décryptage de l'actualité financière
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 10.01.2017

Inflation de bons chiffres

Semaine du 31 décembre 2016 au 6 janvier 2017. Lors de cette première semaine de l’année 2017, les marchés financiers ont poursuivi leur progression grâce à de bons chiffres économiques....

Le 17.01.2017

En attendant Donald...

Semaine du 7 au 13 janvier 2017. La semaine a été calme sur les marchés financiers à quelques jours d’échéances plus significatives et notamment de l’investiture de D.Trump à la présidence...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×