FBI : Fausse Bonne Idée ?

Le 16.05.2017
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Semaine du 6 au 12 mai 2017. Cette semaine, les marchés financiers sont restés calmes. Aux Etats-Unis, les décisions de Donald Trump et quelques chiffres moins positifs ont incité à la prudence. En Europe également, l’heure est à l’expectative après le résultat de l’élection présidentielle française.

Marchés financiers

Aux Etats-Unis, le limogeage surprise du directeur du FBI par Donald Trump a provoqué de nouveaux remous en pleine enquête sur les liens éventuels entre l’équipe de campagne de l’ex-candidat et la Russie. Ils ravivent les craintes de blocage politique des prochaines réformes attendues. Dans le même temps, les statistiques relatives à l’économie américaine ont une nouvelle fois déçu. L’inflation a reculé en avril à 2,2% sur un an après 2,4% en mars. L’inflation sous-jacente est également sortie inférieure aux attentes à 1,9% sur un an contre 2% un mois plus tôt. Malgré ces chiffres en demi-teinte, la bonne santé du marché de l’emploi montre que le scénario de poursuite de la reprise n’est pas remis en cause.

En France, où la victoire d’Emmanuel Macron à l’élection présidentielle avait été assez largement anticipée, les yeux se tournent désormais vers les élections législatives qui détermineront en partie la capacité du nouveau président à mettre en œuvre son programme. La tendance a donc été à la consolidation après deux semaines de forte hausse.
En zone euro, le climat économique continue de s’améliorer tout doucement selon les dernières données publiées. La Commission européenne a légèrement relevé ses prévisions de croissance pour 2017 à 1,7% (contre 1,6% précédemment) mais ne prévoit pas de nette accélération en 2018 où elle attend toujours une croissance de 1,8%. L’inflation devrait rester loin de l’objectif de la BCE avec 1,6% d’augmentation des prix attendue en 2017 (contre 1,7% précédemment) et 1,3% en 2018 (contre 1,4%). En Allemagne, la croissance s’est élevée à 0,6% au premier trimestre après 0,4% au dernier trimestre 2016, un chiffre conforme aux prévisions.

Valeurs

Dans ce contexte, le CAC 40 termine la semaine en légère baisse de 0,50% à 5 405,42 points. Depuis le début de l’année, l’indice parisien affiche un gain de 11,17%.
Carrefour progresse de 4,67% suite à des rumeurs selon lesquelles Alexandre Bompard, actuel PDG de Groupe Fnac, serait pressenti pour succéder à Georges Plassat à la tête du géant mondial de la distribution. Sanofi réalise la deuxième meilleure performance de la semaine avec une hausse de 3,41%.
Renault gagne 3,30% sur des recommandations positives de la part d’analystes. En bas du palmarès, ArcelorMittal cède 7,72% malgré des résultats trimestriels supérieurs aux attentes. Les investisseurs ont exprimé des inquiétudes quant à la trésorerie du groupe et à l’évolution des cours des métaux. Globalement, les secteurs les plus favorisés ces dernières semaines ont été les premiers à subir des prises de bénéfices, et notamment les valeurs bancaires et cycliques. Ainsi, Schneider Electric perd 5,91%, Société Générale recule de 4,21% et Saint Gobain se replie de 3,84%.

Marché des changes

Sur le marché des changes, le billet vert se reprend un peu face à la monnaie unique et clôture à 1,0931 dollar pour un euro. Sur le marché obligataire, le rendement de l’emprunt d’Etat français à 10 ans est stable à 0,84%.

Décryptage de l'actualité financière
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×