L’Espagne : ce n'est pas la cata

Le 10.10.2017
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Semaine du 30 septembre au 6 octobre 2017. Cette semaine, les marchés financiers sont restés bien orientés, soutenus par des indicateurs économiques solides de part et d’autre de l’Atlantique.

Marchés financiers

Aux Etats-Unis, les indices actions ont retrouvé le chemin de la hausse depuis la fin du mois de septembre, établissant de nouveaux records historiques. Le S&P500 a dépassé les 2 550 points cette semaine et le Nasdaq évolue proche des 6 600 points.
L’espoir des investisseurs grandit quant à la future réforme fiscale annoncée par Donald Trump. La prudence reste toutefois de mise puisque les négociations entre les partis politiques pourraient sensiblement amender le projet porté par le président américain.
Les statistiques économiques, très attendues dans un contexte d’incertitudes après les catastrophes climatiques, ont été très positives. Les indicateurs reflétant l’activité au mois de septembre ont largement dépassé le consensus, à la fois dans le secteur manufacturier et dans le domaine des services. Ils traduisent une nette accélération de l’activité, et ce pour le deuxième mois consécutif. Le rapport sur l’emploi au mois de septembre est plus difficile à interpréter. En effet, pour la première fois depuis 2010, l’économie américaine a détruit plus d’emploi qu’elle n’en a créé, probablement en raison du passage des ouragans Harvey et Irma. Deux points positifs ressortent néanmoins de l’étude : le recul du taux de chômage à 4,2% et l’accélération de la hausse du salaire moyen.
Dans ce contexte, la probabilité de voir la FED remonter son taux directeur en décembre a encore grimpé, en même temps que la valeur du dollar contre l’euro.

En zone euro, la publication des minutes de la BCE a montré que la réduction du programme d’achats d’actifs devrait être annoncée sous peu, la prochaine réunion étant prévue pour le 26 octobre. En effet, le débat entre les différents membres de la banque centrale a plus concerné les modalités de cette mesure que son bien-fondé.
Les dernières estimations relatives au mois de septembre ont confirmé la bonne tenue de l’économie après un été en demi-teinte. Les indicateurs relatifs à l’activité ont ainsi enregistré un net rebond, traduisant la vigueur de la reprise économique en Europe.
Les inquiétudes liées aux velléités d’indépendance de la Catalogne ont légèrement progressé cette semaine, mais sont restées cantonnées au niveau local. La bourse madrilène a ainsi perdu jusqu’à 4% au cours de la semaine avant de finalement clôturer en baisse de 2% vendredi soir. Sur les marchés obligataires, le risque lié à l’Espagne est également resté modéré, avec une progression de l’écart entre les taux 10 ans de l’Espagne et de l’Allemagne de l’ordre de 15 points de base.

Valeurs

Dans ce contexte, le CAC 40 termine la semaine en hausse de 0,56% à 5 359,90 points. Depuis le début de l’année, l’indice parisien affiche une performance de +10,23%.
ArcelorMittal a profité de bonnes statistiques chinoises et du repli de l’euro face au dollar pour s’adjuger 4,33%. La présentation du plan stratégique à six ans du constructeur Renault a permis au titre de gagner 3,50%. Danone prend 3,94% sur la semaine. Du coté des valeurs en baisse, Saint Gobain enregistre un recul de 2,38%, Sodexo cède 1,47% et Michelin se replie de 1,38%.

Marché des changes

Sur le marché des changes, la monnaie unique termine en baisse à 1,1730 dollar pour un euro. Sur le marché obligataire, le rendement de l’emprunt d’Etat français à 10 ans est stable à 0,74%.

Décryptage de l'actualité financière

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 02.10.2017 par Roger Caniard

#AskRogerCaniard 2 octobre 2017

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×