Le Brexit rate sa sortie

Le 10.09.2019
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
actualité financière

Une semaine de hausse sur les marchés d’actions, portée essentiellement par la reprise des négociations sino-américaines et l’éloignement d’un Brexit désordonné.

Marchés financiers

Au Royaume-Uni, Boris Johnson a perdu la majorité au Parlement mardi dernier, et les députés ont adopté une motion visant à reprendre le contrôle du processus de Brexit par 328 voix contre 301. Cette proposition de loi impose, ainsi, à Boris Johnson de demander à l'Union européenne un nouveau délai de trois mois pour le Brexit, prévu le 31 octobre, si aucun accord n'est conclu avec l'UE d'ici le 19 octobre. Le gouvernement Johnson ne semble plus avoir une espérance de vie très longue, et des élections apparaissent de plus en plus probables. Le report de la date butoir devient également plus plausible.

Sur le plan commercial, les négociations entre la Chine et les Etats-Unis reprennent, dans un climat plus apaisé. Une réunion entre négociateurs chinois et américains a été programmée pour le début octobre à Washington, alors que les deux parties peinent à sortir de la guerre commerciale engagée depuis plus d’un an et demi.

Sur le plan macroéconomique, la publication de l’indicateur d’activité l’ISM manufacturier aux Etats-Unis, de 51,2 à 49,1, signale une nouvelle contraction de l’activité. Cette baisse de plus de deux points est inhabituelle et montre un mouvement très significatif. En revanche, l’indicateur d’activité non manufacturier est sorti à son plus haut niveau sur 3 mois. Les chiffres continuent d’être contrastés entre les services et la consommation, qui soutiennent l’économie américaine, et l’industrie qui s’affaiblit. Les chiffres de l’emploi ont été légèrement décevants, en dessous des prévisions. La perte de dynamisme de l’économie américaine est dorénavant visible.

En Europe, les investisseurs attendent surtout le discours de Mario Draghi, le 12 septembre prochain, qui devrait annoncer de nouvelles mesures de soutien à la croissance de la part de la BCE. Ce discours pourrait constituer un facteur favorable pour les marchés d’actions, mais les attentes sont très élevées de la part des investisseurs.

Valeurs

Dans ce contexte, le CAC 40 progresse de +2,25% sur la semaine, et affiche une hausse de +18,46% depuis le début de l’année 2019.
En tête de palmarès, les valeurs cycliques retrouvent des couleurs, à l’image du secteur automobile. Peugeot affiche la meilleure performance avec +8,71%, Renault et Michelin enregistrent respectivement +5,85% et +4,50%. De leur côté, Hermès et LVMH affichent +5,51% et +4,83% de hausse, bénéficiant d’une amélioration à Hong-Kong. En bas de classement, Bouygues enregistre -3,59%, après des prises de bénéfices suite à la publication de résultats semestriels solides. Sodexo et Engie perdent respectivement -1,75% et -1,23%.

Marché des changes

Sur le marché des changes, l’euro progresse peu et termine à 1,1029 dollar pour un euro. Sur le marché obligataire, le taux d’emprunt 10 ans français termine à -0,34%.

Gérer mon épargne

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Les solutions MACSF
Gamme financière MACSF

Fonds en euros, SCPI, unités de compte... La gamme de supports financiers MACSF est diversifiée, complète et sélective.

RES Multisupport

Le RES Multisupport vous permet d'investir sur une gamme de supports en euros et/ou en unités de compte simple, complète et performante.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×