Les banques centrales remuent leur QE

Le 11.04.2017
envoyer un email envoyer un email

Semaine du 1er au 7 avril 2017. Cette semaine, les marchés financiers ont continué leur progression dans une ambiance calme malgré les frappes américaines sur la Syrie. Les banques centrales ont été une fois de plus au cœur de l’actualité.

Marchés financiers

Les banques centrales américaine et européenne ont publié les minutes de leur dernière réunion. Du côté des Etats-Unis, avec des indicateurs qui restent dans le vert, la Fed s’applique à sortir petit à petit de sa politique monétaire de crise. En plus de la remontée progressive des taux directeurs, la réserve fédérale envisage désormais d’amorcer la réduction de son bilan dès la fin de l’année. En effet, en raison des opérations d’achats massifs d’actifs mises en place entre 2008 et 2014 et connues sous le nom de Quantitative Easing, le bilan de la Fed est passé de 800 milliards de dollars à près de 4 500 milliards de dollars principalement constitués d’obligations souveraines américaines et de titres hypothécaires. Il s’agit désormais pour la Fed d’essayer de retrouver une taille de bilan proche de celle d’avant crise, une opération qui devrait se faire très progressivement pour ne pas déstabiliser les marchés.
En Europe, la normalisation est encore loin même si la tendance s’amorce tout doucement. En effet, à compter de ce mois d’avril, la BCE ne rachètera "plus que" 60 milliards d’euros d’actifs par mois, contre 80 milliards jusqu’à présent. Ce programme de rachat d’actifs est prévu pour durer jusqu’à la fin de l’année. Néanmoins, Mario Draghi a réaffirmé cette semaine, sans ambiguïté, que la politique monétaire européenne resterait accommodante, les incertitudes quant aux perspectives économiques et à l’inflation restant fortes. Cette intervention a rassuré les investisseurs alors que de plus en plus de rumeurs circulent sur une possible remontée des taux directeurs ou un arrêt du programme de rachats d’actifs.

Sur le plan macroéconomique, les chiffres restent encourageants des deux côtés de l’Atlantique. Aux Etats-Unis, le chômage poursuit sa décrue. Avec 4,5% de taux de chômage en mars, le pays s’approche de plus en plus du plein emploi. Les créations de postes ont été très décevantes sur la période mais, pour le moment, cet élément isolé n’est pas suffisant pour remettre en cause la dynamique positive du marché de l’emploi. Les indicateurs d’activité manufacturière restent sur des niveaux élevés tandis que le secteur des services enregistre un petit ralentissement de croissance en mars après les fortes accélérations de ces derniers mois. En zone euro, le taux de chômage est toujours en baisse, à 9,5% de la population active en février. Il reste très disparate entre les différents états membres : il est à 3,9% en Allemagne, à 10% en France, à 11,5% en Italie et à 18% en Espagne. Du côté de l’activité, les indicateurs poursuivent la progression entamée en septembre dernier. L’indicateur d’activité globale a ainsi atteint en mars son plus haut niveau depuis avril 2011.

Valeurs

Dans ce contexte, le CAC 40 termine la semaine en hausse de 0,25% à à 5 135,28 points. Depuis le début de l’année, l’indice parisien affiche un gain de 5,61%.
Les pétrolières restent bien orientées dans le sillage de la hausse des prix du pétrole depuis la fin du mois de mars. TechnipFMC gagne 4,07% sur la semaine et Total 3,34%. Safran engrange 4% et continue de battre des records historiques. Kering s’approche également de ses plus hauts en progressant de 3,61%. En bas du palmarès, Carrefour perd 4,82% après des commentaires négatifs d’analystes. Le secteur automobile est à la traine cette semaine avec Peugeot qui cède 4,29% et Renault qui recule de 3%. Les valeurs financières sous performent également à l’image de BNP Paribas qui baisse de 2,45%, Axa qui lâche 2,37% et Société Générale qui perd 2,17%.

Marché des changes

Sur le marché des changes, le billet vert est en hausse à 1,0591 dollar pour un euro. Sur le marché obligataire, le rendement de l’emprunt d’Etat français à 10 ans est en baisse à 0,89%.

envoyer un email envoyer un email

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 03.04.2017 par Roger Caniard

#AskRogerCaniard 3 avril 2017

Le 27.03.2017 par Roger Caniard

#AskRogerCaniard 27 mars 2017

Le 29.05.2017 par Roger Caniard

#AskRogerCaniard 29 mai 2017

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×