Les marchés calent avant le premier tour

Le 19.04.2017
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Semaine du 8 au 14 avril 2017. En cette semaine écourtée en raison des fêtes de Pâques, les marchés actions ont arrêté leur marche en avant. Des deux côtés de l’Atlantique, la situation géopolitique et les risques politiques ont été les principaux moteurs de cette augmentation de la volatilité sur les actions.

Marchés financiers

Le marché américain a enregistré une légère baisse au cours de la semaine, les motifs d’interrogation n’ayant pas manqué. Entre les tensions avec Pyongyang, Damas et Moscou ainsi que les nouvelles déclarations de Donald Trump sur un « dollar trop fort » et le maintien d’une politique de taux bas ; le S&P 500 termine la semaine en baisse de -1,1% et un nouveau mouvement de repli vers les actifs refuges se dessine. Le taux à 10 ans américain est ainsi retombé à un plus bas depuis novembre 2016. Sur le plan macroéconomique, le marché du travail reste vigoureux avec une hausse du nombre des postes ouverts au recrutement en février (5,74 millions de postes ouverts, niveau le plus élevé depuis juillet 2016). L’inflation est ressortie à 2,4% en mars, avec une inflation sous-jacente à 2,0% contre 2,2% en février, malgré des chiffres d’activité en baisse. Au-delà des chiffres publiés cette semaine, les marchés attendent les décisions budgétaires et fiscales à venir, de l’administration Trump, qui pourraient avoir un impact sur la croissance et l’inflation.

De leur côté, les marchés européens ont aussi évolué dans un climat de volatilité renforcée, la tension provenant de sondages politiques français qui font apparaitre une montée des extrêmes et un risque d’absence d’un candidat modéré au deuxième tour. Dans ce contexte, on observe aussi un léger retour de la prime de risque sur les marchés obligataires, avec un nouvel écartement des spreads français, italien et espagnol par rapport à l’Allemagne, le taux allemand à 10 ans étant repassé sous les 0,20%. D’un point de vue macroéconomique, la production industrielle, publiée en baisse en février (-0,3% en février en zone euro, contre +0,1% attendu), pourrait peser un peu sur le chiffre de la croissance du PIB au premier trimestre 2017. Cette petite déception ne remet cependant pas en cause la tendance, avec une reprise économique qui devrait s’améliorer.

Valeurs

Dans ce contexte, le CAC 40 termine la semaine en baisse de -0,71% à 5 071,10 points. Depuis le début de l’année, l’indice parisien affiche un gain de 4,29%.

Les premières publications de chiffres d’affaires du trimestre apparaissent bien orientées. De très bons chiffres dans le luxe : LVMH et Kering gagnent respectivement 0,55% et 0,50% sur la semaine. Sodexo, qui progresse de 1,98%, publie des chiffres en ligne avec les attentes des investisseurs. En bas de palmarès, les valeurs financières continuent de sous-performer, à l’image de Société Générale, Crédit Agricole, BNP Paribas et AXA qui perdent respectivement 5,14%, 3,88%, 2,83% et 1,69%, pénalisées par le risque politique et la baisse des taux.

Marché des changes

Sur le marché des changes, le billet vert est en baisse à 1,0618 dollar pour un euro. Sur le marché obligataire, le rendement de l’emprunt d’Etat français à 10 ans reste stable à 0,92%.

envoyer un email envoyer un email Partager sur LinkedIn

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 03.04.2017 par Roger Caniard

#AskRogerCaniard 3 avril 2017

Le 25.09.2017 par Roger Caniard

#AskRogerCaniard 25 septembre 2017

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×