Les marchés en rutte

Le 21.03.2017
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Semaine du 11 au 17 mars 2017. Cette semaine, les marchés financiers sont repartis à la hausse, rassurés par la décision de la Fed et par le résultat des élections néerlandaises.

Marchés financiers

A l’issue de la réunion de la réserve fédérale américaine, Janet Yellen a annoncé la hausse d’un quart de point de son principal taux directeur qui passe ainsi de 0,75% à 1%. Cette décision était attendue par les investisseurs et plutôt bien perçue puisque confirmant l’amélioration de l’économie américaine. En termes de perspectives, la Fed n’a que marginalement modifié ses prévisions économiques avec toujours une croissance de 2,1% anticipée pour 2017 et une révision de +0,1% de la croissance attendue en 2018 à 2,1% également. Logiquement, son calendrier de hausse des taux n’a donc pas évolué, avec deux mouvements supplémentaires prévus cette année, et trois l’an prochain. Cette posture prudente a plutôt surpris les marchés qui s’attendaient à une attitude moins accommodante de la part de la banque centrale américaine. La Fed n’a, semble t’il, pas intégré les mesures fiscales annoncées par Donald Trump pour l’instant, préférant rester dans l’expectative. Les marchés financiers ont diversement réagi à ces nouvelles : le dollar s’est affaibli contre la plupart des devises, les marchés actions ont rebondi et les taux obligataires se sont inscrits à la baisse.

Aux Pays-Bas, à l’issue des élections législatives, le parti eurosceptique PVV obtient finalement moins de sièges qu’annoncé dans les sondages tandis que le parti libéral du premier ministre sortant fait mieux qu’attendu. Mark Rutte devrait ainsi pouvoir former une coalition gouvernementale avec d’autres partis traditionnellement pro-européens. Alors que le pays est le premier état européen à passer le test électoral cette année, ce résultat est un soulagement pour les investisseurs. Il montre que le vote eurosceptique en Europe est peut-être moins fort qu’anticipé.

En Angleterre, les étapes préalables à l’activation de l’article 50 du Traité de Lisbonne sont désormais franchies, le Parlement britannique et la Reine ayant autorisé le gouvernement à initier le processus de sortie de l’Union Européenne. La première ministre Theresa May a confirmé qu’elle suivra son calendrier et ouvrira officiellement d’ici fin mars la période de négociations de deux ans qui devrait aboutir au Brexit. Elle devra faire face à la montée des velléités indépendantistes, au premier rang desquelles l’Ecosse qui menace d’organiser un nouveau référendum sur l’appartenance au Royaume-Uni.

Valeurs

Le CAC 40 gagne 0,72% et clôture la semaine pour la première fois depuis août 2015 au-dessus des 5 000 points à 5 029,24 points. Depuis le début de l’année, l’indice parisien enregistre une performance positive de 3,43%.
ArcelorMittal surperforme nettement l’indice avec un gain de 7,99% dans le sillage du rebond des prix des métaux industriels. Valeo s’adjuge 4,32% et Unibail Rodamco grimpe de 3,24%. En bas du palmarès, Renault souffre des accusations de fraude lors des tests de ses moteurs, à l’instar de Volkswagen. Le groupe au losange perd 7,11% et entraîne Peugeot qui cède 1,74%. Les valeurs bancaires réalisent une mauvaise semaine à l’image de Crédit Agricole qui recule de 2,69% et BNP Paribas qui affiche un repli de 2,55%.

Marché des changes

Sur le marché des changes, le billet vert est en baisse face à la monnaie unique et termine à 1,0738 dollar pour un euro. Sur le marché obligataire, le rendement de l’emprunt d’Etat français à 10 ans est stable à 1,11%.

Décryptage de l'actualité financière

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 20.03.2017 par Roger Caniard

#AskRogerCaniard 20 mars 2017

Le 20.11.2017 par Roger Caniard

L'actu finance du 20 novembre 2017

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×