Les marchés et la politique ...

Le 07.02.2017
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Semaine du 28 janvier au 3 février 2017. Cette semaine, la prudence semble s’être imposée sur les marchés financiers européens et américains.

Marchés financiers

En zone euro, le rythme de la croissance a poursuivi son accélération au quatrième trimestre. Le PIB a progressé de 0,5% en fin d’année après 0,4% au troisième trimestre. En 2016, la croissance a donc atteint 1,7% contre 2% en 2015. Le chômage reste orienté à la baisse à 9,6% de la population active en fin d’année contre 10,5% à fin 2015. Selon les derniers chiffres, l’inflation a nettement accéléré en janvier avec une hausse de 1,8%. L’augmentation des prix de l’énergie et de l’alimentation expliquent principalement cette progression. En revanche, l’inflation dite "cœur", qui exclut les secteurs les plus volatils et qui sert de référence à la BCE est restée stable à 0,9%.
En France, le PIB a crû de 0,4% au dernier trimestre après 0,2% sur la période précédente. C’est un chiffre encourageant pour 2017 alors que sur un an, la croissance française n’a atteint que 1,1%, loin de la performance européenne.
De son côté, l’Espagne a confirmé son redressement avec une croissance stable en 2015 et 2016 à 3,2%.

Aux Etats-Unis, la tendance haussière des marchés consécutive à l’élection de Donald Trump semble se fragiliser après les déclarations récentes du nouveau président. Du point de vue des investisseurs, une trop forte dégradation des relations internationales serait préjudiciable à l’économie. Dans le même temps, les effets positifs attendus d’un allègement de la fiscalité et de la réglementation risquent de ne pas se faire sentir avant le deuxième semestre.
Néanmoins, après un début de semaine dans le rouge, les données macroéconomiques sont venues soutenir les indices. En effet, les créations d’emplois ont été très supérieures aux attentes en janvier. Sur la même période, l’indicateur ISM relatif au secteur manufacturier a encore progressé ce qui montre que l’économie américaine reste bien orientée en ce début d’année.
Enfin, la première réunion de la Fed a eu très peu d’impact. La banque centrale a laissé sa politique monétaire inchangée et n’a donné aucune précision quant à son calendrier, alors que trois hausses de taux sont prévues cette année. Tout en constatant que les conditions étaient favorables, la Fed s’est laissé les mains libres pour choisir le moment d’initier le mouvement.

Valeurs

Dans ce contexte, le CAC 40 termine la semaine en léger repli de 0,30% à 4 825,42 points. Depuis le début de l’année, l’indice parisien affiche une performance négative de 0,76%.
Nokia gagne 2,66% après une publication de résultats qui offre des perspectives encourageantes. Cap Gemini s’adjuge 2,08% et LafargeHolcim 1,68% grâce à des commentaires positifs d’analystes. Michelin profite de l’annonce d’une hausse de ses tarifs de pneumatiques et avance de 1,67%. En bas du palmarès hebdomadaire, TechnipFMC chute de 7,35% suite à des prises de bénéfices. Après 30 ans à la tête du groupe Publicis, Maurice Lévy laissera son siège de PDG le 1er juin à Arthur Sadoun, actuel président de Publicis Communications. Le titre cède 3,94%.

Marché des changes

Sur le marché des changes, le billet vert termine la semaine en baisse à 1,0783 dollar pour un euro, affecté par le durcissement de ton de l’administration Trump en matière de relations internationales. Sur le marché obligataire, les incertitudes politiques pèsent sur le rendement de l’emprunt d’Etat français à 10 ans qui poursuit sa remontée à 1,08%.

Décryptage de l'actualité financière
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 01.02.2017

Marchés : participation à la hausse

Semaine du 21 au 27 janvier 2017. Cette semaine, les marchés financiers américains ont battu de nouveaux records lors des débuts de la présidence Trump. En revanche, en Europe les places...

Le 24.01.2017

Essilor : une fusion bien vue

Semaine du 14 au 20 janvier 2017. Après six semaines consécutives de hausse, les marchés financiers ont opté pour la prudence.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×