Let's tweet again !

Le 24.07.2018
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Cette semaine encore, les marchés financiers ont légèrement corrigé face aux risques d’escalade des batailles commerciales initiées par les Etats-Unis.

Marchés financiers

 
Dans une actualité par ailleurs assez calme, les tensions commerciales sont restées l’un des principaux points d’attention des investisseurs. Une fois de plus, Donald Trump a accentué la pression sur la Chine, en avançant le nouveau chiffre de 500 milliards de dollars de produits à surtaxer, soit la totalité des importations chinoises aux Etats-Unis. Concernant l’Europe, le président américain s’est montré révolté par l’amende de plus de 4 milliards d’euros infligé par la Commission Européenne à Alphabet, la maison mère de Google. Cela pourrait compliquer la tâche de Jean-Claude Juncker qui se rend à la Maison Blanche le 25 juillet pour évoquer les relations commerciales entre les deux partenaires. Les investisseurs attendent ce rendez-vous pour en savoir plus sur les intentions américaines et la position de l’Europe, notamment en ce qui concerne le secteur automobile. En ce sens, le G20 qui s’est tenu ce week-end a été parfaitement stérile, chacun des participants ayant campé sur sa position.

L’autre élément qui a impacté les marchés financiers est la critique de la politique de la Fed par le président Trump. Dans un nouveau tweet, ce dernier s’est montré « pas emballé » par la hausse des taux directeurs, une prise de position susceptible de remettre en cause l’indépendance de la banque centrale. Alors que le président de la Fed Jerome Powell avait exprimé quelques jours plus tôt sa confiance dans l’évolution de l’économie américaine, cette intervention a pris à contrepied les investisseurs et a pesé sur le dollar et les taux obligataires américains.

En Chine, la croissance du PIB a légèrement ralenti au deuxième trimestre, à 6,7% sur un an, soit son rythme le plus lent depuis 2016. Au premier trimestre, l’économie avait progressé de 6,8%. Même si ce chiffre est conforme aux attentes, Pékin ayant fixé un objectif de 6,5% de croissance pour 2018, cela ne devrait pas renforcer la confiance des investisseurs déjà échaudée par l’escalade protectionniste américaine.
 

Valeurs

 
Dans ce contexte, le CAC 40 recule de 0,57% à 5 398,32 points. Depuis le début de l’année, l’indice parisien affiche une performance positive de 1,61%.

STMicroelectronics termine la semaine sur une hausse de 3,98%, dopé par les bons résultats dévoilés par ces concurrents Texas Instruments et ASML. Carrefour, qui conformément à sa stratégie de diversification vers le bio, vient de racheter l’enseigne régionale So.bio, gagne 2,82%. Solvay, qui vient de signer un contrat pour fournir des matériaux à Safran, s’adjuge 2,15%. En bas du palmarès, Publicis chute de 11,52%, pénalisé par le recul de son chiffre d’affaires au deuxième trimestre. Bouygues est en baisse de 3,80%. Orange cède 3,46% après les commentaires défavorables d’analystes. Valeo se replie de 3,23% dans le sillage de Faurecia dont les prévisions ont déçu les investisseurs.
 

Marché des changes

 
Sur le marché des changes, le dollar est en baisse face à la monnaie unique à 1,1724 dollar pour un euro. Sur le marché obligataire, le rendement de l’emprunt d’Etat français à 10 ans est en légère hausse à 0,68%.

Gérer mon épargne

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Découvrez les supports financiers MACSF
Gamme financière MACSF

Fonds en euros, SCPI, unités de compte... La gamme de supports financiers MACSF est diversifiée, complète et sélective.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×