Macronéconomie

Le 28.02.2017
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Semaine du 18 au 24 février 2017. Grâce à une actualité économique encourageante, les marchés financiers sont restés bien orientés cette semaine. Toutefois, la progression est plus nette aux Etats-Unis qu’en Europe où le risque politique agit comme modérateur.

Marchés financiers

Aux Etats-Unis, les indicateurs relatifs au niveau d’activité au mois de février sont sortis en repli mais se maintiennent à un bon niveau. Les indices actions restent résolument orientés à la hausse dans l’attente des mesures promises par Donald Trump. Le président américain s’exprimera mardi 28 février devant le Congrès et devrait détailler un peu plus sa politique économique. Dans le même temps, les analystes sont attentifs aux déclarations des membres de la réserve fédérale américaine. Les dernières minutes de la Fed ont entretenu le flou sur son calendrier, alors que de nombreux membres sont décidés à remonter les taux directeurs « assez rapidement » sans plus de précision. La prochaine réunion de la Fed aura lieu mi-mars.

En zone euro, l’activité des entreprises a enregistré en février une accélération inattendue pour atteindre un pic de près de six ans. Si la tendance se maintient, cela devrait se traduire par une hausse de la croissance au premier trimestre. Il faut noter que la France a contribué tout autant que l’Allemagne à la bonne performance de la zone grâce au dynamisme de son secteur tertiaire. Outre Rhin, c’est l’activité industrielle qui accélère le plus, profitant d’un renforcement de la demande attribuable en partie à la faiblesse de l’euro qui a dopé les exportations.
Sur les marchés obligataires, les développements politiques liés à la campagne présidentielle française entretiennent la volatilité. En effet, les investisseurs jugent qu’une victoire du Front National pourrait donner lieu à une sortie de la France de la zone euro et donc impacter fortement l’union monétaire. Ils surveillent attentivement les sondages, les taux souverains français ayant tendance à monter avec toute nouvelle favorable à Marine Le Pen et à se détendre lorsque les autres candidats avancent dans les sondages. Globalement, les taux souverains se détériorent dans la zone euro, notamment par rapport au taux des obligations d’état allemandes considérées comme les moins risquées.

Valeurs

Dans ce contexte, le CAC 40 termine la semaine en léger repli de 0,46% à 4 845,24 points. L’indice parisien affiche une performance légèrement négative depuis le début de l’année à -0,35%.
Les publications de résultats ont continué d’animer la cote cette semaine. Airbus grimpe de 4,51% après avoir présenté des résultats solides exception faite du coût du gros porteur militaire A400M. Les investisseurs ont également salué les chiffres de Bouygues qui gagne 1,87%. En bas du palmarès hebdomadaire, Veolia chute de 5,47% après avoir reporté d’un an ses objectifs pour 2018. Vivendi, dont la rentabilité a déçu pour l’exercice 2016, cède 3,83%.

Marché des changes

Sur le marché des changes, le billet vert termine la semaine en hausse à 1,0563 dollar pour un euro. Sur le marché obligataire, le rendement de l’emprunt d’Etat français à 10 ans est repassé sous les 1% avec l’annonce du ralliement de François Bayrou à Emmanuel Macron. Il termine la semaine à 0,93%.

Décryptage de l'actualité financière
envoyer un email envoyer un email Partager sur LinkedIn

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 21.02.2017

Impôt ciblé : le marché y croit !

Semaine du 11 au 17 février 2017. Les marchés financiers ont poursuivi leur ascension cette semaine, soutenus par la volonté du président américain de s’attaquer à la fiscalité et par...

Le 14.02.2017

Les marchés : Trump revient dans la mêlèe

Semaine du 4 au 10 février 2017. Après un début de semaine assez terne, ce sont, une fois de plus, les propos du président américain qui ont fait rebondir les marchés financiers.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×