Marchés financiers : moins de blocages

Le 04.12.2018
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Semaine du 24 au 30 novembre 2018. Cette semaine, les marchés financiers se sont inscrits dans le vert grâce à une détente sur trois sujets qui alimentaient les craintes des investisseurs : le budget italien, les relations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine ainsi que la politique monétaire américaine.

Marchés financiers

Alors que le gouvernement italien opposait jusqu’à présent une fin de non-recevoir aux demandes européennes de révision de son budget, la semaine a été marquée par un net changement de ton. Peut être sous la pression des marchés financiers, après la hausse des taux d’emprunts italiens et le peu d’appétit des investisseurs pour la dernière adjudication du trésor Italien, Rome s’est dite prête à revoir à la baisse son objectif de déficit, quitte à reporter certaines des mesures sociales envisagées. Les dernières publications relatives à la croissance italienne ont également pu jouer, alors que le pays a enregistré au troisième trimestre un recul de son PIB de 0,1%, une première depuis 2014. Bien que les négociations se poursuivent, les taux obligataires italiens se sont nettement détendus avec un rendement à 10 ans désormais inférieur à 3,2% contre 3,6% il y a une dizaine de jours.

Aux Etats-Unis, les minutes de la dernière réunion de la Fed semblent indiquer que la hausse des taux directeurs attendue en décembre aura bien lieu. En revanche, elles montrent que plusieurs membres de la banque centrale jugent que le niveau des taux est désormais quasiment adéquat à l’environnement économique. Les dernières déclarations du président de la Fed lui-même ont confirmé cette posture plus accommodante qui pourrait déboucher sur un ralentissement du rythme de remontée des taux en 2019.

Sur le volet commercial, les commentaires à propos des négociations avec la Chine se sont multipliés cette semaine à l’approche du G20, laissant penser qu’un accord pourrait être scellé durant le week-end.

Outre la rencontre de Donald Trump et de Xi Jinping en marge du G20, plusieurs échéances importantes pourront impacter sensiblement les marchés financiers ces prochains jours. Ainsi, la réunion des pays exportateurs de pétrole se tiendra le 6 décembre, puis le vote du parlement britannique sur l’accord du Brexit le 11 décembre. 

Valeurs

Dans ce contexte, le CAC 40 gagne 1,15% sur la semaine, terminant à 5 003,92 points. L’indice parisien affiche désormais une performance de -5,81% depuis le début de l’année.

L’ensemble du secteur technologique profite de l’apaisement des relations sino-américaines, avec Atos qui s’adjuge 4,87%, Dassault Systèmes qui engrange 4,54% et STMicroelectronics qui prend 4,02%. Le secteur de la télécommunication bénéficie d’un retour des spéculations de concentration alors que la Commission européenne serait sur le point d’approuver le rapprochement de deux acteurs néerlandais. Orange gagne ainsi 3,59% tandis que Bouygues grimpe de 3,13%. En bas du palmarès, Carrefour recule de 4,53% après des commentaires négatifs de la part d’analystes. Valeo, toujours très volatil, cède 4,15% alors que Donald Trump a de nouveau mentionné l’idée d’une taxation des importations de véhicules. Le luxe enregistre de mauvaises performances à l’image d’Hermès qui perd 3,22%, LVMH qui se replie de 2,28% et Kering en baisse de 1,61%. 

Marché des changes

Sur le marché des changes, le billet vert termine sur les mêmes niveaux à 1,1317 dollar pour un euro. Sur le marché obligataire, le rendement de l’emprunt d’Etat français à 10 ans est en baisse à 0,68%.

Gérer mon épargne

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Découvrez les supports financiers MACSF
Gamme financière MACSF

Fonds en euros, SCPI, unités de compte... La gamme de supports financiers MACSF est diversifiée, complète et sélective.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×